jeudi 18 novembre 2010

Le Château de Villette (Loiret) : l'étrange sceau des Grouchy sur le destin du monde !

par Jean-Jacques COURTEY, Docteur en Géographie Economique

_____________________


Le grand public a sans doute entendu parler du Château de Villette pour la première fois, dans le "Da Vinci Code" de Dan Brown (2003). Et il a pu en avoir un aperçu nocturne dans le film du même nom, réalisé en 2006. Un mystérieux anglais, sir Leigh Teabing, y apparaît comme la véritable "clé de voûte" du livre et du film.
Ce château du Loiret, proche de Versailles et situé à quelque distance de Paris, semble à certains critiques du "Da Vinci Code" comme parfaitement banal en réalité. Il ne serait qu'une demeure seigneuriale choisie au hasard par l'épouse de Dan Brown, et rien d'autre.
Cela serait quand même étonnant, car elle est historienne d'art et fort érudite.


Justement, Villette fut un lieu de rencontre historique prodigieux. Là, 229 ans plus tôt La Fayette (1757-1834) était tombé amoureux de Sophie de Grouchy (1763-1822), qui allait neuf années plus tard devenir Mme de Condorcet. Elle se maria alors avec un homme, dix-neuf ans plus âgé qu'elle, ce qui à l'époque était courant. Et le marquis de La Fayette assista d'ailleurs à la cérémonie de son mariage qui se déroula dans la chapelle du château, en 1786.
Or Condorcet lui-même (1743-1794), allait être le maître d'oeuvre politique d'un changement mondial d'unité de mesure des distances, avec le système métrique, étant également mathématicien et secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences.
Olympe de Gouges (1748-1793), se rendit fréquemment à Villette, où elle fréquenta les Girondins, car c'était l'un des salons de pouvoir les plus prisés de cette chaude époque. Les Condorcet (Sophie et son mari) y refaisaient le monde.


Peu de gens savent que l'aventure personnelle de La Fayette et très probablement le destin de la grande nation que sont devenus les USA, se sont initialement joués en ces lieux magiques.
L'amour de La Fayette pour Sophie fut un amour déçu, et la petite histoire des hommes a retenu que ce dépit allait l'amener à quitter la France. Il désobéit au roi Louis XVI (1754-1793) en partant pour l'Amérique, via l'Espagne, prenant en quelque sorte le risque d'une désertion de son poste de capitaine des dragons de Versailles (1777). Cette grande cause qu'était la guerre des Insurgents, puis d'Amérique (1776-1783), le passionnait avec certitude, mais la souffrance d'un coeur brisé et contrit n'y fut pas pour rien. On pourrait à cet égard parler des curieuses conséquences mondiales d'un fatum amoureux, pour cet orphelin auvergnat qui ne savait pas bien danser : Marie-Antoinette (1755-1793), se moqua de sa gaucherie sans penser à mal, mais il semble qu'il s'en soit souvenu.


Sophie de Grouchy était également la soeur de celui qui allait devenir le maréchal Emmanuel de Grouchy (1746-1847). Mais ce maréchal peu marquant par ses victoires, et si imprévisible, allait faire défaut à Napoléon Ier à Waterloo (18 juin 1815). Qui ne connaît la fameuse phrase stigmatisant le désastre de Waterloo : on attendait Grouchy et ce fut Blücher (1742-1819) ?!
Le frère de Sophie est donc historiquement associé à l'une des plus grandes défaites de la France, pour avoir passé son temps à ...déguster des fraises trop bonnes, pendant que son empereur risquait le tout pour le tout, sans lui.
Car à y regarder de plus près, ce n'est absolument pas la stratégie de Napoléon (1769-1821) qui a été battue en brèche en Belgique, mais la fortune qui s'est retournée, par un étrange hasard...gustatif cette fois-ci. C'est peut-être la fraise qui devrait être le symbole de l'Europe actuelle, finalement !


Le Château de Villette porte en lui la marque des destins croisés, ou plus précisément des bifurcations de destins les plus étranges. Et l'on trouve par deux fois, le sceau des Grouchy. Mais ce ne serait là que coïncidences, ayant dépassé le strict cadre des destins individuels. Nous ne souscrivons pas du tout à l'idée selon laquelle, un simple hasard aurait présidé au choix de ce château, pour y situer un moment fort du "Da Vinci Code".

La famille de Grouchy dût se séparer du Château de Villette en 1818. Et il a changé de propriétaire à plusieurs reprises jusqu'à aujourd'hui. Ainsi l'endroit où se rencontraient Sophie et Gilbert (du Motier de La Fayette) pour flirter, mais danser gauchement, est-il devenu un centre de relaxation, à l'initiative de sa nouvelle et charmante propriétaire d'origine sino-américaine. Et le reste du château, luxueusement refait de 1999 à 2001, est dédié à l'événementiel.

Mais, il est tout à fait possible d'entrevoir les choses différemment et en tout cas d'oser émettre un constat : le Château de Villette semble avoir une curieuse influence sur les bifurcations de destins. Et à ce titre, il pourrait apparaître comme la demeure de la déesse romaine Fortuna, ou mieux comme un temple caché dédié aux deux visages du dieu Janus. Dit autrement, une sorte de "Feng Shui mondial" n'y serait-il pas fort discrètement à l'oeuvre, à l'insu de tous ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire