lundi 16 décembre 2013

Really saving Yuliya Tymoshenko IV : "and the name of the star is Wormwood" (Rev. 8:11) !


by Jean-Jacques COURTEY, Doctor in Economic Geography, Ph. D
___________________________

The grace of Yuliya Tymoshenko (born in 1960), has been rejected by the Ukrainian Parliament on November 21st, 2013, at the same time as the free trade agreement with European Union.
We are worried for her, and we would like to encourage her to still combat for her release.
Extraordinarily yet, she has got still a terrific energy to display, as recent events are showing.
Hey, Yuliya go on !  Go on true Amazon Princess with beautiful golden plaits !
And show them all that the radiating soul of free Ukraine is alive and powerful !
Bravo for this terrific inner energy you have got, even fragilized by the Ukrainian bad jail of Kharkiv !
From your bed of the Miners Kharkiv hospital where you are since last year, your flame is inextinguishible !

You were the spirit of the Orange Revolution of 2004, and you are still the one who can give a decisive orientation to the present one, which started just after the rejection of the free Association Agreement with EU.
When you entered jail in 2011, some pseudo-feminists celebrated your bad time on the roofs of Kiev. They are not the ones who represent the inheritage of Minithya (previously called Thalestris), the last Queen of Amazons. But, you are !
Thalestris' husband after the thirteen days and nights Lunar rite he followed with her (331 BC), was Alexander the Great (356 - 323 BC). By a funny coincidence, your husband's name is Oleksandr (Alexander in Ukrainian language).

Strangely, on November 21st, 2013, at 3.50 A.M (local hour), a meteorit passed unexpectedly above Simferopol, in Ukraine.  The extraordinary and sudden enlightment provoked fear and a serial of accidents on the motorway.
In the Antiquity, comets and meteorits were always connected with striking events, like plague, war, civil war or revolution.
And it's exactly what happened in Ukraine, with a restart of the Orange Revolution.
And Ukrainian opponents to the dictatorship are quite determined about it, and remarkably organized.
Above that, bad weather and cold air are not at all stopping anybody. Them, they are not fighting against Ecotax, but for Democracy and Freedom. And they dare to do it, because they are not blind.
It's not known if they give teachings and provide full training courses ?!

Equalilly, their Amazons are real ones, which doesn't exclude the fact they can be quite attractive and feminine. So, again, there is nothing to do with what can be observed elsewhere.
Actually, the words of beautiful Yuliya Tymoshenko, the soul of the Revolution - again -, have got a print of religion, and are resounding like a warning of Saint John for Viktor Ianoukovych (born in 1950), the present President.
The star which is called "Wormwood" (Artemisia Absinthium), in the Revelation (8:11), or "Chernobyl" (Black+White) in the Ukrainian  missals could be right at work.

Brave Yuliya Tymoshenko is certainly out of the ordinary : she could be an unearthly messenger. Like Artemisia, the Moon Goddess, her star sign is also symbolized by an archer, as she is Sagittarius !
In several works we published in a recent past, we recalled that Amazons really existed, the legend being stressed by the great Roman historian Quintus Curtius for the sake of Alexander the Great and Thalestris' descendance in Gaul (presently France). This successful Roman Proconsul of Africa in the first century AD, knew very well the story of his own family, and especially about the adopted "Janus Curtius".
And one part of Thalestris' Kingdom was precisely Ukraine !





This big revolt against Viktor Ianoukovych's power is needing Yuliya Tymoshenko. Maidan square in Kiev with its 300 000 protesters on last sunday, was full of her image !
Only her, and her party, Batkivchtchina ("the Patry"), can federate the opposition with Oudar ("the Punch"), and Svoboda ("Liberty"), through her representative, Arseni Iatseniouk (born in 1974). The leader of Oudar, the very tall ex-boxer Vitali Klitschko (born in 1970), hasn't got her charisma, but he is ambitious and wants to win presidential elections in 2015.
Yet, she can cause more worry to the President than him, even she is far smaller !

The problem for Ukraine is not only the grace of ex-Prime Minister Yuliya Tymoschenko, which Viktor Ianoukovych is refusing to grant in rememberance of 2004, behind a funny ballet in the Parliament.
It is also the question of its economic survival, since its GDP dropped of 30% - being back to the level of 1998. The entanglement is coming from the fact that around 70% of Activity in Ukraine is clearly depending on powerful Russia.
So the funny negociations of President Ianoukovych with EU, which brought the expected financial help from 21 billion Euros to 20 billion, and finally to O, are putting Ukraine in an unbearable financial situation.
In fact, the country is on the verge of the ruin, and a quite obvious bankruptcy !

So even the restart of Orange Revolution - against the same character actually -, would lead nowhere, the country is already at a terrible stalemate.
Then, the result of this chess game between EU - and America in behind - on one side, and Russia on the other side is draw, and not at all a check mate !
The "Eurasian project" of the XXIst century, will most likely be the one of Russia with its "Eurasian Alliance".
However, it won't be easy for Russia to provide and announce the same amount of financial help by tomorrow when Viktor Ianoukovych will meet in Moscow Vladimir Putin (born in 1952), as it would represent seven times its spatial budget ($ 3.8 billion) !

Only a combination of several measures would be equivalent, amongst which a possible abandon of a part of the Ukrainian Debt, a contingent rise of Ukrainian royalties for gas transit, and a lowering of gas price for the Ukrainian domestic consumption.
But with an always suprising Russia, you never know : if we were in the country of Nod it may just add a financial help of $ 15 billion, and make an unexpected gesture to stimulate the grace of  Yuliya Tymoshenko !

lundi 2 décembre 2013

Une singulière et "ébouriffante" énigme historique : la disparition plutôt soudaine des Tokhares !

par Jean-Jacques COURTEY, Docteur en Géographie Economique
____________________________

On ne connaît pas énormément de choses sur la civilisation des Tokhares, également appelés Tokhariens, sans qu'on sache exactement si c'était leur vrai nom, ou au contraire un surnom.
Les Chinois de Xian les appelaient les "Quan-Rong" (les "Rong-Chiens") quant à eux, le terme "Rong" faisant clairement référence à leur origine occidentale les distinguant particulièrement.
De fait, ils auraient vécu dans l'ouest de la Chine (Xinjiang) pendant plus de mille-huit-cent ans, jusqu'au IXème siècle de notre ère, avant de disparaître dans le néant de l'Histoire plutôt subitement.
A cet égard, il faut savoir qu'il existe dans le désert de Dzoosotoyn Elisen, le pôle d'inaccessibilité, le mystérieux point terrestre le plus éloigné de tout rivage. Il y a aussi le désert de Taklamakan qui couvre une bonne partie du Xinjiang.
Mais les Tokhares vivaient plus normalement dans le bassin du Tarim avec ses oasis.
Le plus étrange et le plus "ébouriffant" cependant les concernant, c'est que pratiquement aucun livre d'histoire ne les mentionne jamais. Pourtant, leur existence passée est tout à fait connue et même reconnue depuis plus d'un siècle en Occident.
Il y a bien des traces physiques de leur long séjour, notamment des momies retrouvées sous des tumuli à la fin des années 1970, et qui sont vieilles d'environ 3000 ans pour la plupart.
Mais, c'est un peu comme si ce peuple avait silencieusement disparu de l'Histoire pendant plus d'un millénaire. Curieusement d'ailleurs, le récent renouveau d'engouement à leur égard semble s'être considérablement affadi en Occident.

Il s'agissait de peuplades Indo-Européennes venant de l'Ouest, plutôt que d'un peuple unifié sous l'égide d'un seul Roi. En fait, ils auraient clairement eu plusieurs Rois en même temps, d'ouest en est, dans les villes de Kachgar, Aksou, Koutcha, Karachahr, Tourfan et Hami.
On peut cependant remarquer que Koutcha semble avoir eu une importance toute particulière par rapport aux autres, comme si son rôle avait été le plus marquant, et donc prédominant.
Et on ignore toujours s'ils étaient ou non des Celtes, ou se contentaient de s'habiller comme eux avec l'usage notable du tartan.
La plupart des spécialistes doutent maintenant qu'ils aient été des Celtes qui se seraient déplacés aussi loin.
Pour justifier un revirement certain, ils suggèrent que les fameux tartans auraient simplement été vendus aux Tokhares par des marchands des caravanes Perses, sur le chemin de la Route de la Soie.
Mais ils ne disent pas d'où les Perses les auraient tenus : l'argument n'apparaît donc pas vraiment scientifique. Et le doute persiste encore, même si l'emballement des années 1990 paraît avoir disparu.

Les plus passionnés par les recherches archéologiques à leur sujet sont les scientifiques Chinois, les Occidentaux et notamment les Français marquant clairement le pas sans qu'on sache pourquoi.
Ces derniers y-ont-ils vu un suffocant reflet du futur et pas seulement du passé, particulièrement "usant" à conjurer par un silence craintif et un vexant retour sur leurs pas ?
Tout cela est quand même curieux, car à notre connaissance personne n'a jamais émis l'hypothèse que ces hommes de haute taille, blonds ou roux, et sans doute aux yeux clairs, aient spécifiquement pu être des Gaulois, à  l'analyse des momies retrouvées.
La ou plutôt les langues des Tokhares, puisqu'on distingue le Tokharien A du Tokharien B, présentent des similitudes avec les langues Germaniques et le Grec ancien, voire l'Italo-Celtique.
Et cela irait bien dans le sens d'une origine ouest-européenne, quelle qu'elle puisse être.
Cette division en deux idiomes faisaient qu'ils ne se comprenaient pas toujours entre eux, rendant difficile l'unification totale des différents groupes qui les composaient, selon les philologues. Là encore le point de vue est un peu rapide : s'il est tout à fait possible de mener de longues conversations entre un Italien et un Espagnol, sans passer par un traducteur, on pressent qu'il en était probablement de même entre Tokhariens A et B.

Les Tokhares étaient encore là quand Alexandre le Grand (356 av. J.-C. - 323 av. J.-C.) devint Shah de Perse et Protecteur de Xian, après la mort de Darius III (vers 380 av. J.-C. - 330 av. J.-C.).
Il semble qu'ils aient vécu dans une sorte de zone tampon d'environ 450 000 habitants au total, et qu'ils aient commercé avec le royaume de Xian frontalier, en étant soumis à cette époque à l'empire d'Alexandre.
Lui n'avait pas fait de grande distinction, et l'ensemble paraît avoir été soumis à tribut. Du reste, il est possible que les deux idiomes apparentés (les Tokhariens A et le B) se soient fortement teintés du Grec conquérant à ce moment là.
Cela expliquerait également la rapide expansion de la religion des Grecs, avec le panthéon de Zeus, parallèlement à la religion bouddhiste.
Les Tokhares furent religieusement et civilement tolérants, sauf sur la fin sous l'influence malencontreuse de leurs voisins Turco-Mongols.
Leurs difficultés quotidiennes provenaient, semble-t-il, de ce qu'ils se querellaient constamment entre eux pour des futilités ou des inepsies : entre Tokhariens A et B bien sûr, mais pas seulement.
De nos jours, on verrait plutôt ça avec humour, en éclatant de rire. Mais notre époque est-elle vraiment à l'abri de tels travers, souvent trop mesquins ?

Ce sont surtout les Chinois qui ont traditionnellement fait allusion à ce peuple disparu : il eût une grande influence sur leurs croyances, au point que le panthéon Tokharien ait fourni certaines bases à la religion chinoise traditionnelle, par transposition d'éléments de la religion grecque notamment, mais pas seulement : l'identification d'Athéna à la déesse Nüwa des origines, la célèbre déesse Guanyin, et l'apparition de dieux fonctionnels puis "fonctionnaires" entre autres, ont de quoi en surprendre plus d'un !
On a pensé à un certain moment, que les Ouïghours musulmans plus tardifs (des Turco-Mongols), pouvaient être leurs descendants directs bien qu'ils aient détruit leurs vestiges. Mais les résultats des recherches génétiques semblent tout au plus établir un lien indirect.
En fait, ils ont subi l'invasion brutale des Turco-Mongols qu'ils ne craignaient pas suffisamment, et pas celle des Chinois (Han) qu'ils avaient plutôt envisagée. Ils en étaient arrivés à penser vraiment de travers sur leur fin, ce qui fut sans doute la cause de leur disparition soudaine et si ridiculement triste.
De toutes façons, ils refusaient les avis des hommes plus sages et clairvoyants qu'ils écartaient systématiquement des postes de pouvoir : alors, ce qui devait arriver arriva !



Il reste aujourd'hui que la Chine reconnaît l'important apport culturel et religieux Tokharien à son histoire et à sa religion ancestrale.
Les Occidentaux se demandent toujours au contraire, ce que ces peuplades plutôt occidentales d'apparence faisaient là-bas, et comment elles ont pu y rester aussi longtemps, en développant une si riche civilisation commerçante, même démultipliée ?

Il semble que sur la fin, les Tokhares aient manifesté un vif intérêt pour la gynécologie, et donc tout ce qui a trait aux femmes, Turco-Mongoles particulièrement.
Des documents restants de leur mystérieuse civilisation portent en effet sur le développement du foetus à travers les différentes semaines de la gestation féminine.
Et  les Tokhares ont fait fausse route en se crispant sur la fausse menace liés à l'expansion du commerce Chinois vis-à-vis de leurs villes comme Koutcha, faisant ainsi leur les craintes suggérées par les Turco-Mongoles.

Il semblerait qu'ils aient été subjugués et induits en erreur par ces femmes trop séduisantes, au point de modifier subitement et de façon abdicatrice leurs normes libérales, pour leur complaire sans réfléchir.
Mais cette attitude qui cherchait à favoriser leur intégration parmi eux ne leur a guère porté chance : elle a pu faciliter d'autant l'invasion soudaine des guerriers Turco-Mongols et l'avènement brutal d'une nouvelle religion monothéiste qui a grandement exclu la présence des survivants de leurs désormais "ex-territoires".

Carrément rayés de l'Histoire, il n'y aurait alors plus eu que les Chinois pour se souvenir d'eux, et évoquer avec admiration la munificence de leur riche civilisation disparue, si originale.
Déjà bien avant leur disparition, le moine chinois Xuanzang vantait en 629, la beauté du palais de Koutcha, et celle de ses superbes bâtiments à étages, ancêtres de nos modernes buildings - l'or, l'argent et le jade en moins. 

Mais depuis lors, l'on n'est plus dans la pensée magique de Chang'e (la déesse de la Lune), privée d'un Lièvre de Jade - qui n'est donc pas de Mars -, ne fabriquant plus l'élixir d'immortalité humaine.
Ont finalement triomphé le Prince Mansemat, et le Roi Tchoan-luen-wang qui à travers la métempsychose transforme les personnes en humains ou en animaux, en oiseaux ou en poissons, en insectes ou en vers !