dimanche 24 juin 2012

Der Überlebende : bezüglich des Ritters Roten Hauses !


von Herr Jean-Jacques COURTEY, Doktor in der Wirtschaftgeographie
______________________

Die Vergangenheit kann die Gegenwart erhellen. Gegen jedermann zu überleben, ist die grundlegende tätigkeit jeder Menschen seit der grauen Vorzeit. Das moderne zivilisierte Leben ist sehr oft nur ein mehr oder weniger geshickt diese Tatsache maskierender Wald.
Das Grösste Glück unseres Lebens besteht oft darin, schliesslich das zu entdecken, was wir auf diesem Erde machen. Und das hat oft gross keine Sache, mit unserer habituellen Geschäftingung zu sehen.

Wenn Zeit von der "Vereinheitlichung" gekommen ist, können wir uns dennoch unter Brüdern und Schwestern wiedererkennen, ohne uns zu betrügen, und selbst wenn wir auf dem Planeten zerstreut sind.
Und im allgemeinen Geschenk wird alles instinktiv und wirksam eingerichtet, während wir zerstreut zu Zeit schienen. Der Moment einer unerwarteten Erneuerung und einer Entfaltung scheint gekommen zu sein. So das Gesagte der "Überlebende" bezüglich des Ritters Roten Hauses !

Der Ritter Roten Hauses - Rougeville seines wahren Names -, ist dieser unerschrokene Mensch, der erfolgreich versuchte ins Gefängnis der Conciergerie nach Paris einzudringen, um die Königin Maria-Antoinette zu befreien (1793). Er hätte seine Grosstat  beenden können, sie nach Ansicht der Wachen Jacobiner ausgehen zu lassen, aber sie zog vor, für ihre Kinder zu bleiben. Der Name Roten Hauses hat also einen historischen, so für Frankreich doppelten Nachhall, dass für die germanische Ecke.



Alte Freund, alten Wein, und alte Schwerter soll man nicht vertauschen.
Wie die Alten sungen, so zwitschern die Jungen.
Wer der Pfennig nicht erhrt, ist des Talers nicht wert.
Übung macht den Meister.
                                                                             

samedi 23 juin 2012

Two names for the same character : ante-Christ (before being Christ), there was once an allmighty child !


by Jean-Jacques COURTEY, Doctor in Economic Geography, Ph.D
__________________________

In our Revelations review, we are going to unveil today one of the biggest mystery of The New Testament.
A lot of people completely misunderstood certain writings, just because they have put away the explanations coming with.
When people study about Christianism, they intend to follow like sheeps what they are taught without daring to think by themselves. And yet Jesus asked them to always do opposite.
That's why they are terribly confused about his true personality and character, which were rather complex. He looked more like what we would call nowadays an "indigo" child.
For that reason, even it is known from a long time through The papers Apocrypha ("secret writings" by Greek etymology, and not wrong writings as it is now strangely taken), around 99,9% of Christians worldwide totally ignore his psychology.

The huge controversy introduced several years ago with "Da Vinci Code" (Doubleday, 2003) by Dan Brown, about his wife Maria-Magdalena [the beautiful perfumer and hairdresser, as we added it in a previous article], lead even certain theologists to ignore the Gospel of Saint John. This one is effectively quoting Jesus was a married man, and not a single man at all.
And the issue is not to take things differently from Protestant to Catholic side, because it is quoted in the same text basically (St John, III, 29). Above that the Gospel of Saint John is in "the big four" recognized by the Church of Roma, with the ones of St Luke, St Mark and St Matthew.
But, the couple life of Jesus, and his descendance, are not our points for today, even he was quite a man of taste.


Often children attending catechism, wander what the same Jesus was doing at their age, or before.
And the answer of the priest when asked is either confused, or marked by non sense : "he was certainly an ordinary child like his comrades", that's the most common answer given to get rid of the question !
In truth, he has never been an ordinary child "before becoming Christ" (precise translation of the compound word "ante-Christ").
By opposing traditionally those two qualificatives people are completely lost when comes the time to understand what really happened. And that's quite a pity !

In fact, as a child he was quite frightening with his superpowers for certain people of his surroundings. And he looked certainly as impressive as Superman in Smallville (Kansas), with the difference that he was known under his real name, and not hiding as a "Clark Kent". This comics about a new savior coming from the space was created in 1932 by the American Jerry Siegel and the Canadian Joe Shuster.
Coming back to Jesus, he never balanced to use his powers when he was angry or bullied, by petrifying or drying out amongst various possibilities the ones he saw as a threat [if we follow the "Infancy Gospel of  Thomas" probably dating to the IInd century AD, like most Gospels ].

Jesus never hesitated to act or react according to what the situation was calling for, even he appeared a lot to come from the Sky.
But he was often puzzling people, a bit like the prince of Krypton, "Kal-El" (the real name of Superman). Some authors even made Jesus a prince coming from the far Orion, the strange constellation which influenced so much the building of Egyptian pyramids, and continues to have impact on Africa : this continent according to some relatively censored geological surveys seems presently to split in two, before Europe.
Coming back to Ieoushoua or Yeshoua himself  (Jesus or "the one God is listening" in an alternative translation), he was able to walk on the water, to play with fire or even to fly at the end, with his "Ascension". And he started also as a young boy to cure and ressucitate people, like the one who cut his foot with an axe by mistake instead of cutting wood.

The youth of Jesus ante-Christ is hidden because at the beginning he was sending more fast maledictions than benedictions. And he was not forgiving much actually. He didn't want to be annoyed.
He was playing to make real flying birds with clay, and he disliked strongly being critized when doing something, particularly on saturdays.
He was extremely clever but at the same time oversensitive. So it was not recommanded to hit his head as one teacher who was then petrified did, or to push him badly as another child dared to do without thinking, just before being dried out. Anyone could lose a sense by telling lies about him. And some were even affected by a sudden very bad luck by just playing the informers. And only him could lift the penalty.

However, he started to do it when people began to learn being more respectful, considerate and polite with him, and obviously when he felt he wasn't anymore treated as an outcast. Once accepted, he accepted more easily other people, by trying to help them even.
Sometimes, he was telling his father not to say bullshits in front of God he was representing on Earth.
In reality, only his mother Maria the Virgin, and his half-brothers (coming from the first marriage of Joseph the widower) understood him well, especially James and Jude.

Nevertheless, Joseph who recognized the great cleverness of his son, wanted him to go to school to learn Greek and Hebrew. As a matter of fact, Jesus was a native Aramaic speaker of the previous hellenistic province of Judea.
It was quite difficult to find a master, as they were all afraid of his knowledge and what he was saying. But finally, Jesus found one for a time. There is even a funny quotation about alpha and beta (not omega) from him : "Teach me the Alpha, and I'll teach you the beta". And he could learn also about Alexander the Great's dream of universal brotherhood, whom he started to admire. The fact he chose to leave Earth at 33, has certainly got something to do with his glorious and extremely impressive model.





As Alexander the Great was a bit similar to him in his mind (a "son of God" also), he wanted to know more about this great invincible character from a different religion. It's not just by chance, some priests are quoting nowadays the generosity of this great king, to illustrate a passage of St Luke for instance. Alexander's passion was recalling Jesus his own inner impatience about human beings, so slow to understand great truths and real wiseness, like his teacher of Greek who dared inconveniently to hit his head.


So it is not at all a coincidence if a lot of parts of the New Testament after him were written in Greek, even Jesus Christ was officially a descendant of King David both by Maria and Joseph. People remember the crown of thorns put on his head, and the inscription INRI (Iesus Nazarethus Rex Judeorum), when he was on the cross.
Associated later to the fish in Greek, he happened to be equalilly connected to the snake in his youth, as he "exploded" one after he instantly cured and saved a man who had just been biten.

The great key to understand Jesus as a boy not yet Christ, and then as an adult when he was twice ointed with very expensive oils (the nard and the myrhh) by Maria-Magdalena, and became then "Christ" (from the Greek "Christos"), is "reciprocity". Outcasters for instance are clearly outcasted from his Father's kingdom of Heaven, including those who want inconveniently others being had. This can have a great importance presently, because for the first time in 670,000 years, Orion and Earth are already on the way to be correctly aligned by december 21st 2012 !


Jesus is very famous for having used from his childhood the word "Khoum", which meant "Stand up and walk" to ressucitate dead people or to cure disabled persons. And every time he added "Remember me !" But when he was playing alone on saturdays in his youth, he liked watching at the Sun to congeal it for a moment, by repeating a mysterious sentence starting with "Bahanda Hel..." !
This could be useful nowadays for life sake in case of strong Sunspot, which can propagate on Earth by half an hour only, an hazardous hurricane of harmful protons !

dimanche 17 juin 2012

Le tendre secret amoureux d'Olympe et de Louis (XVI), Acte III : Thibermesnil 2-6-12 !

par Jean-Jacques COURTEY, Docteur en Géographie Economique
(traduit de l'anglais et adapté par lui-même pour la francophonie)
____________________

Le 11 juillet 1789, Necker est renvoyé et simultanément Breteuil revient aux affaires en tant que principal Ministre pour stopper l'agitation à Paris. Cela provoque immédiatement la colère des Parisiens.
Trois jours après, La Bastille est prise pour s'emparer de la poudre et des munitions qui y sont entreposées. Et le rappel de Necker le 16 juillet ne peut plus rien changer à quoi que ce soit : la Révolution vient de commencer.
Le 17 juillet, Breteuil juge plus sûr de filer à l'anglaise et d'émigrer comme beaucoup de nobles.

Dans les jours précédant le mois d'octobre 1789, Olympe de Gouges et Louis XVI célèbrent le quatrième anniversaire de leur tendre amitié dans le "Cabinet Noir de Versailles". C'est là le dernier moment de joie avant la tempête politique.

Scène I : La dernière rencontre d'Olympe et de Louis à Versailles dans le "Cabinet Noir" : "Thibermesnil 2-6-12"

Le Roi a longuement parlé à Olympe du château de Thibermesnil construit par Rollon le Viking, et qui l'a particulièrement impressionné par son mystère.
Il y est resté quelques jours en 1784 pour faire des recherches sur quelques intrications dynastiques avec les descendants de Rollon. Et il a trouvé ce qu'il était venu chercher.
En mémoire de cela, il a décidé de nommer son second fils, Louis-Charles né en 1785, Duc de Normandie.

Louis et Olympe ne savaient pas que c'était là leur dernière rencontre dans le "Cabinet Noir de Versailles".
Mais étrangement ce jour là, ils tombèrent dans les bras de Morphée ensemble après l'amour.
Quand ils se réveillèrent, ils eurent la curieuse impression de revenir d'un voyage aérien effectué au même endroit : le château de Thibermesnil, qui était en ruine. Un habitant du village voisin avait même appelé Olympe "Toxicodindronnn".


Olympe, se réveillant :
- J'ai fait un étrange rêve, votre Majesté.

Louis :
- Moi aussi.

Olympe :
- Etiez-vous en Normandie comme moi ?

Louis :
- Oui, à Thibermesnil. Et nous étions ensemble dans son château, main dans la main. Mais il était en ruine.
Un habitant du village voisin qui semblait chargé de veiller sur le château, vous a même affûblée d'un drôle de nom, Toxicodindronn, lorsqu'il vous a vu descendre du ciel et m'abreuver de paroles.

Olympe :
- Oui et j'ai été surprise de ce curieux nom. Voulait-il dire que je parlais trop pour une femme ?

Louis :
- Je ne sais. Tout était étrange là-bas, avec cet écran qui bougeait et parlait en même temps dans sa petite maison. C'était vraiment un machine étrange, mais intéressante.

Olympe :
- Avez-vous remarqué la date du calendrier ? Il était écrit 2-6-12. Je n'ai pas compris au début, mais l'homme a dit que nous étions le 2 juin 2012.

Louis :
- Oui, et sur le drôle d'écran en couleur qui bougeait, un homme parlait de la difficile réforme de l'impôt et de la crise de la dette affectant la France.
Et un autre disait que tout serait fait pour sauver la République.

Olympe :
- Cela signifie-t-il donc que notre Monarchie était abolie ?

Louis :
- Certainement ! Mais chose curieuse avec le nouveau système, ils en étaient exactement au même point que moi aujourd'hui, avec l'impôt pour les "Privilégiés", et également le cauchemar des lourdes dettes de la France. C'est comme si l'abolition de la Monarchie n'avait mené nulle part non plus. Et ils parlaient aussi de l'égoïsme des gens privilégiés, qui quittaient le pays et émigraient pour des raisons fiscales.

Olympe :
- Cela veut dire que ce que nous avons essayé de résoudre ne le sera jamais, alors.

Louis :
- Cela m'en a tout l'air.

Olympe :
- Ce n'est pas juste dans ce cas, parce que de plus en plus de gens vous accuse d'être faible, alors que c'est le problème qui est trop ardu à résoudre, même en plus de deux siècles.

Louis :
- La vie n'est pas toujours juste, Olympe.

Olympe :
- Eux ils n'accusaient pas leur dirigeant politique, mais le système financier lui-même. Vous auriez-dû faire pareil, votre Majesté, afin de n'être ennuyé par personne.

Louis :
- Vous avez raison, mais je pense qu'il est trop tard pour ça maintenant.
Pour aller un peu plus loin sur le sujet, connaissez-vous le message secret de Thibermesnil ?

Olympe :
- Non !

Louis :
- Il se résume en une phrase : "La hache de Rollon et de sa descendance tournoie dans l'air qui frémit, mais l'aile s'ouvre et l'on va jusqu'à Dieu".

Olympe :
- Qu'est-ce que ça veut dire ?

Louis :
- Si vous reliez cette phrase à notre rêve, cela suggère une étrange intrication dynastique et un changement entre les Maisons de Bourbon et de Rollon, avec un point de départ fatidique : le 2 juin 2012.

Olympe :
- Vous devriez l'écrire pour ne pas l'oublier : "Thibermesnil 2-6-12".
Car il semble que ce jour-là vous rendra finalement justice, après si longtemps !


Quelques jours plus tard il y eût ce qu'Olympe appela le "complot des 5 et 6 octobre" : des "femmes" en colère manquant de pain se rendirent à Versailles pour s'en prendre physiquement  à la famille Royale, mais finalement se contentèrent de les obliger à déménager immédiatement à Paris, au Château des Tuileries.


Scène II : Olympe propose en vain à La Fayette de former un groupe d''Amazones" pour protéger le Roi et la Reine, aux Tuileries


Nous sommes juste après les événements des 5 et 6 octobre 1789.

Olympe :
- Bonjour Monsieur de La Fayette ! Je suis venue vous voir pour obtenir votre permission de rester aux Tuileries avec un groupe de femmes que j'ai commencé à former.

La Fayette:
- Pour quoi faire ?

Olympe :
- Mes "Amazones" et moi, nous protégerons le Roi et la Famille Royale jour et nuit.

La Fayette :
- Peuh ! Vous et vos drôles d'idées ! Mes soldats de la Garde Nationale sont ici pour ça. De plus, vous ne pouvez ignorer que le Roi, la Reine et leur famille, ne parviennent pas à oublier la frayeur que des femmes leur ont causée à Versailles. Et j'ai dû recommander à la Famille Royale, pour sa sécurité, de les suivre à Paris le 6 octobre dernier. Vous devriez être capable de le réaliser.

Olympe :
 - Leurs mauvais souvenirs sont liés à quelques méchantes femmes bien choisies, à un certain nombre d'hommes travestis en femmes, et aux quelques hommes qui les accompagnaient sur le chemin de Versailles, après qu'on eût empêché la fourniture de pain et de farine à Paris, vous le savez bien.

La Fayette :
- Je vois que vous avez de très bons informateurs, ma chère.

Olympe :
- Oui Gilbert, et ils m'ont même rapporté que vous êtes arrivé particulièrement tard le 6 octobre, en laissant le Roi et sa famille sans réelle protection. Et n'importe quoi d'affreux et de dramatique aurait pu advenir entre temps, sans le self-control du Roi. Et n'est-ce pas en fait à cause de cette peur que vous avez contribué à créer par votre absence, qu'ils ont accepté si facilement votre compromis pour "les sauver" ? Où étiez-vous à propos ?

La Fayette :
- Je peux me rendre compte que votre langue est toujours aussi alerte qu'à l'accoutumée, mais je n'ai nullement à me justifier auprès de vous. Nous sommes arrivés à temps avec mes hommes de toute façon pour stopper tout massacre. le Roi et la Famille Royale étaient en vie.

Olympe :
- Votre réponse explique encore plus clairement que moi pourquoi je veux les protéger.

La Fayette :
- Si je vous autorise à faire ça, je ne pourrais pas poursuivre mes plans. Et je vous aurai toujours entre moi et le Roi, vous et vos "Amazones".

Olympe :
- Vous admettez donc que vous êtes en train de préparer quelque chose contre eux tous !

La Fayette :
- C'est de votre faute. Vous m'avez houspillé et ma langue a fourché. Bien évidemment, je ne prépare rien du tout. Je suis au service du Roi.

Olympe :
- Et moi qui pensais que vous étiez au service de la municipalité de Paris !

La Fayette :
- Je ne comprends pas ce que vous voulez dire. Vous m'offensez à la fin !

Olympe :
- Ce n'est pas du tout ce que je recherche. Donc, afin de vous soutenir dans votre effort de protéger la Famille Royale, nous autorisez-vous mes "Amazones" et moi, à vous aider ?

La Fayette :
- Vous pouvez me soutenir de loin, de la rue Servandoni où vous habitez si vous voulez. Cela ne me dérange pas. Mais pas à l'intérieur des Tuileries et certainement pas jour et nuit !
Y-a-t'il un lien particulier entre vous et le Roi qui justifierait votre grande insistance et votre crainte à son égard ?

Olympe :
-  Le Roi est le père du peuple français, donc il est également le mien. Ne veilleriez-vous pas sur votre père ?

La Fayette :
- Il est un peu jeune pour être votre père, alors que vous avez six ans de plus que lui. Aussi, pensai-je à quelque chose d'autre, très chère ?

Olympe :
- N'allez pas imaginer je ne sais quoi pour me refuser ce que je demande !

La Fayette :
- De toute façon, ma réponse est non !

Olympe, tournant soudainement les talons, et marmonnant en colère :
- Pouh ! Traître ! Fieffé traître !

La Fayette, marmonnant aussi en souriant ironiquement :
- Disparais de ma vue, garce ! Ses "Amazones", peuh ! Pour qui se prend-elle : Thalestris en chemin pour rencontrer Alexandre le Grand ?!


Scène III : Olympe essaie de prévenir l'assaut des Tuileries par les gens du Faubourg Saint Antoine (juin 1792)

Olympe fut totalement prise de court le 20 juin 1791, par la tentative d'évasion du Roi à Varennes et l'arrestation du Roi et de sa famille qui advint...en dépit de la présence inutile sur les lieux de 60 hussards du régiment de Lauzun, qui étrangement ne bougèrent pas.
Elle se sentit en même temps un peu déçue et abandonnée.
Louis XVI et Marie-Antoinette furent finalement ramenés aux Tuileries à Paris le 25 juin 1791. L'opinion de la majorité des conventionnels à ce moment là, fut de décider qu'ils avaient été "kidnappés" ou qu'ils étaient sous "influence", et avaient dès lors été transportés jusque là-bas avec leur famille contre leur volonté éclairée. Ils avaient pris les noms très ordinaires de M. Durand et de Mme Rochet, de la Maison de la Baronne de Korff, et ils étaient censés accompagner ses enfants (les leurs en en fait).
Ce scénario n'était pas totalement imaginaire : en fait, l'émissaire du Roi de Suède en France, Axel de Fersen était impliqué avec Breteuil dans un plan dont ce dernier avait personnellement dressé les grandes lignes.
Puis Fersen persuada la Reine, dont il semblait réellement épris, de tenter cette aventure mal préparée : quitter la France pour Montmédy...en France ! Mais le 20 juin, il prit congé des occupants de la berline à Bondy, juste après Paris.
Ainsi les conventionnels couplèrent dans leur esprit cette étrange course "sans but" véritable, avec l'étrange partie de "cache-cache" jouée délibérément par La Fayette, pour discréditer le Roi. Ils repensaient aux mots du Roi : "Prenez garde aux suggestions et aux mensonges de vos faux amis !"

La proposition qu'Olympe avait faite à La Fayette de constituer une Garde Nationale Féminine aux Tuileries fut présentée officiellement cette fois-ci à la Convention le 23 juin 1791, donc entre temps. Mais La Fayette s'y opposa avec succès.

Un an après, en juin 1792, Olympe écrivait à Jérôme Petion de Villeneuve, l'influent président de l'Assemblée Constituante : elle voulait prévenir une marche des gens du Faubourg Saint Antoine sur les Tuileries, qui aurait signifié la fin du règne de Louis XVI.
Un dialogue s'établit alors entre leurs deux personnes.

Olympe :
- Je veux éviter un nouveau complot contre le Roi. Et pour ce faire, la marche des gens du Faubourg Saint Antoine sur les Tuileries, qui est déjà prévue, doit être empêchée dès maintenant.

Petion :
- Qu'est-ce que vous imaginez encore, citoyenne de Gouges ?

Olympe :
- Je suis une femme, et je peux sentir les choses qui se préparent. De plus, n'oubliez-pas que je connais le peuple du Faubourg Saint Antoine. Ne vivais-je pas auparavant rue Servandoni ?

Petion :
- C'est vrai que vous avez récemment déménagé. Pourquoi donc, à propos ?

Olympe :
- Auteuil est vraiment un lieu agréable. Et vous savez très bien que je participe à des sociétés féminines. Vous n'êtes pas sans savoir que le salon de Mme Helvétius se trouve à Auteuil, à l'ouest de Paris.

Petion :
- Bien sûr, et là-bas vous rencontrez Monsieur de Condorcet, sa femme Sophie de Grouchy, et le Marquis de Villette. Vous savez Olympe, je vous apprécie et comme vous je hais toute forme d'esclavage, mais je voudrais vous donner un conseil - même si je sais que vous ne le suivrez pas.

Olympe :
- Quel conseil ?

Petion :
- N'interférez pas trop avec nous ! Moi, en tant que révolutionnaire, je vous aime bien, mais quelques autres et pas des moindres commencent à penser que vous devriez vous calmer, parce que vous êtes une femme. Par exemple, votre impétueuse "Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne" de 1791 n'a guère été prisée dans nos rangs. A la vérité, vous avez davantage plu au Roi et à la Reine qu'aux Jacobins !

Olympe :
- Quel était le but de la Révolution dans ce cas, si ce n'était pas d'établir la liberté pour tous, y compris les femmes, et particulièrement la liberté de parole ?
 
Petion :
- Vous pouviez parler librement depuis 1785, c'est-à-dire dès avant la Révolution Olympe, du fait de la protection du Roi !

Olympe :
- Donc, vous voulez dire que j'ai moins de droits maintenant ? Et que toutes ces nobles idées mises en avant s'entremêlent avec des visées très différentes de ce que croit le commun des mortels, à cause de l'Illuminisme sous-jacent ?

Petion :
- Hmmm, revenons-en plutôt à notre sujet ! C'est préférable.

Olympe :
-  Comme je l'ai dit, et vous êtes un homme suffisamment intelligent et informé pour le savoir, je peux sentir que quelque chose se prépare pour éliminer définitivement le Roi et la Monarchie. Et d'après ce que vous venez juste de dire, ce complot est loin d'être favorable à nos idéaux et à la cause des femmes. Nous aurions beaucoup à perdre dans les siècles à venir, si je n'intervenais pas.

Petion :
- Ne vous inquiétez pas trop pour les personnes de votre sexe, Olympe, car la plupart des femmes ne vous ont guère en odeur de sainteté à Paris. Quelques unes d'entre elles pensent même que vous pouvez être quelque peu hystérique ou folle !

Olympe :
- J'écris des pièces de théâtre et je suis actrice. Mon imagination a donc besoin d'être libre. Le Roi l'a compris et accepté très facilement, même si j'ai proposé des changements politiques qui auraient fait se dresser les cheveux sur la tête à tout autre homme que lui - qu'il ait été conservateur ou jacobin. Et parfois, je me rends compte que je suis souvent en contradiction avec moi-même, je l'admets aisément. Mais qui peut assurer qu'il ne le sera jamais ?

Petion :
- Je vais essayer de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour stopper l'agitation du Faubourg Saint Antoine, chère Olympe. Mais, je ne peux pas vous promettre qu'il me sera possible de tenir la situation plus de trois mois. Les forces en jeu sont trop fortes pour vous et moi, et le despotisme des clubs est difficilement contrôlable !


Petion fit ce qu'il avait dit, mais comme il l'avait prévu ces forces furent libérées envers et contre tout.
Et le 10 août 1792, avec l'assaut et l'occupation des Tuileries, le Roi et la Famille Royale étaient déjà devenues prisonnières dans leur propre château.


Scène IV : Le Ministre de l'Intérieur Roland et Gamain, le serrurier, sont aux Tuileries (20 novembre 1792) : encore "Thibermesnil 2-6-12" !

Le Roi a officiellement été dénoncé à Roland, le nouveau Ministre de l'Intérieur de la Convention Nationale, quelques temps après l'assaut des Tuileries du 10 août 1792. Le dénonciateur est un serrurier, un certain François Gamain.
Le Ministre Roland est personnellement à demeure au Château des Tuileries depuis cette date : il a en effet décidé d'y établir son bureau.
Il déteste le Roi qui l'a renvoyé le 13 juin 1792 pour son incompétence à stopper l'anarchie et à maintenir l'ordre pacifique à Paris et sur la France.

Nous sommes le 20 novembre 1792 et Roland se trouve avec Gamain dans un corridor des Tuileries, situé entre son bureau et les appartements du Roi. Mais le Roi n'est pas présent ni au courant de ce qui va se dérouler, ni d'ailleurs la Convention. Cette assemblée était même alors en pleine discussion pour savoir comment éviter son procès !
Quelques gardes accompagnent Roland et Gamain, mais sont maintenus à une certaine distance.

Roland , tout bas :
- Nous sommes dans le corridor où tu as caché l'armoire de fer secrète, que tu as terminée le 16 septembre dernier. Pousse le panneau peint pivotant, citoyen Gamain !

Gamain, chuchotant :
- Ce sera rapide, citoyen Ministre. Voilà, ça y est !

Roland, chuchotant :
- Ce n'est pas très solide.

Gamain, chuchotant :
- Ben, je l'ai fait sur commande. Vous vous souvenez ?

Roland, chuchotant nerveusement :
- Chhhut ! Quelqu'un pourrait nous entendre, andouille !

Gamain, chuchotant :
- Maintenant que le panneau de cette grande armoire de fer est ouvert, je force la serrure. Aarrr ! Vous auriez dû me donner votre clé...Ah, ça y est (il y a un bruit de métal cassé) !

Roland, chuchotant :
- Qu'est-ce que c'était rapide ! J'ai toujours trouvé curieux que tu aies mis la serrure à l'extérieur. Je ne suis pas serrurier comme toi, mais d'habitude le mécanisme est à l'intérieur, n'est-ce pas ?

Gamain, chuchotant :
- Ben, c'était plus rapide à installer de cette façon pour ce que nous avions à faire !

Roland, chuchotant :
- Je ne recommanderais pas ton travail à mes amis, tu sais citoyen Gamain !

Gamain, chuchotant en colère :
- Je l'ai fait comme demandée. Alors arrêtez de critiquer mon chef-d'oeuvre.

Roland, chuchotant :
- Je n'appelerais pas ça un chef-d'oeuvre. Même le citoyen Capet peut te battre, quand il s'agit de fabriquer une solide serrure !
Peuh ! Comment as-tu pu être son professeur de serrurerie, je ne comprends pas ?

Gamain, chuchotant :
- Je suis trop jeune pour avoir été son professeur à Versailles. Je n'ai jamais prétendu cela. C'est vous qui en avez décidé ainsi, afin que l'histoire de notre lien soit convaincante pour le peuple.

Roland, chuchotant :
- Ah oui, c'est vrai ! Je m'embrouille avec mon invention. Bon, regardons ce qu'il y a là-dedans depuis la dernière fois !

Gamain ; chuchotant :
- Il y a beaucoup de documents et de papiers que vous avez collectés aux Tuileries et ailleurs depuis le 10 août.
Oh, qu'est-ce que c'est que ce petit papier ? Cela ressemble à un code secret manuscrit : "Thibermesnil 2-6-12". Ce n'était pas là avant !

Roland, chuchotant :
- Eh bien, ça vient du secrétaire du Roi. Je l'ai obligé à le vider devant moi le 10 août, et j'ai gardé ce petit morceau de papier parce qu'il m'intriguait. Il a dit que ce n'était rien d'important, juste un jeu de rébus, comme en font les enfants.

Gamain, chuchotant :
- Un rébus d'enfant ? Ne pensez-vous pas que ce soit une erreur de le mettre avec ces papiers, citoyen Ministre ?

Roland, chuchotant de manière autoritaire :
- C'est à moi de décider ce qui est une erreur ou pas, citoyen "serrurier". Et tu devrais t'en souvenir si tu tiens à la vie. Tu as tendance à trop parler à tort et à travers, par exemple, ça c'est sûr. Alors tais-toi, sinon...

Et Roland se met à faire un geste pour lui montrer qu'il pouvait lui faire couper le cou, s'il disait quelque chose à propos de leur arrangement.

Gamain, chuchotant :
- Ne vous inquiétez pas, avec la pension à vie que vous allez me donner, je sais également où sont mes intérêts !

Roland, parlant soudainement très fort, en  se tournant vers les gardes :
- Gardes, venez-ici, nous avons trouvé quelque chose d'inhabituel dans le mur du corridor. Regardez et soyez-en les témoins !
Le serrurier a ouvert cette armoire de fer en face de vous, et elle est remplie de la correspondance secrète du citoyen Louis Capet, ex-Roi, avec l'étranger et les ennemis de l'intérieur.

Les gardes s'approchent et prennent quelques papiers dans leurs mains.

Roland, montrant du doigt le petit morceau de papier :
- Regardez ! Il y a même un message codé du citoyen Capet, pour ne pas être compris : "Thibermesnil 2-6-12" !
Cette fois-ci, nous avons la preuve pleine et entière qu'il est un traître à la Nation ! Mais surtout gardez le silence jusqu'au procès à venir !



Scène V : Le procès du Roi : la convocation du 11 décembre 1792 devant la Convention Nationale

Suite à la découverte des papiers compromettant et aux investigations de Roland, le 3 décembre 1792, la Convention Nationale décide de juger le Roi, qui est juste devenu "Louis Capet".
Le 11 décembre, le Roi est convoqué à la Convention Nationale, qui s'est auto-érigée en cour de justice pour son jugement.
Ce dernier écoute calmement et avec dignité l'acte d'accusation du procureur Fouquier-Tinville, et a connaissance pour la première fois de" l'armoire de fer des Tuileries".

Fouquier-Tinville :
- Debout citoyen Capet, au nom du peuple français la Convention a décidé de te juger !

Louis, se levant :
- Parmi vous, je cherche en vain des juges, mais je ne vois que des accusateurs. Et pourtant pour aucun d'entre vous, il n'y a d'amertume dans mon coeur (il a pitié d'eux).

Fouquier- Tinville :
- Choisis toi-même tes défenseurs tant qu'il en est encore temps, tant qu'il en est encore l'heure !
La Justice est en marche et rien ne peut plus l'arrêter.

Louis :
- Je serai défendu par Monsieur de Malesherbes, qui fut naguère mon Ministre, et toute personne qu'il choisira pour l'assister.

Fouquier-Tinville :
- Réponds à l'acte d'accusation et réponds de tes crimes contre la Nation !

Louis :
- Quelles accusations ?

Fouquier-Tinville :
- Tu as fait couler le sang d'innocents citoyens français. Tu as pactisé avec l'étranger en secret. Tu as cherché à comploter avec Talleyrand et Dumouriez, comme le prouvent les papiers qui ont été découverts dans l'armoire de fer.

Louis :
- Je ne connais pas cette armoire de fer dont vous parlez. Je n'ai pas commis cette ignominie. Je n'ai jamais trahi mon pays. Mon seul crime a été de l'aimer. La vie m'a réservé un grand nombre d'infortunes et je n'ai pas peur de la mort. Je forme des voeux pour que vous meniez la France hors des voies du malheur.
Prenez soin de ma famille. Prenez soin de mes enfants. Ce sont les seules faveurs que j'attends de votre bonté.

Quelqu'un de l'assemblée :
Nous te ferons payer pour tes crimes. Nous te ferons couper la tête sous la guillotine. Tu l'as bien mérité. "Vive la Révolution !"

Louis :
Au nom de la France, jugez-moi en votre âme et conscience. Faites selon votre bon plaisir. Moi, je n'ai rien à dire de plus !


Scène VI : La tristesse d'Olympe dans son nouvel appartement, rue du Buis à Auteuil, après l'exécution du Roi (21 janvier 1793)

Le 16 décembre 1792, Olympe de Gouges prit une dangereuse initiative auprès de la Convention Nationale, afin de sauver la vie de son bien-aimé Roi, Louis XVI.
Elle proposa d'assister le grand avocat Malesherbes dans le procès planifié du Roi.
Mais cela fut rejeté avec mépris par la Convention.
Elle rédigea quand même un mémoire pour la défense du Roi, en tant que "Défenderesse Officieuse", en proposant l'exil, comme le fit Danton au départ.
Mais quand la sentence de mort fut connue le 18 janvier 1793, elle ressentit un choc et fut effrayée : elle tenta alors un bluff à propos de son attitude envers le Roi, prisonnier dans la donjon du Temple, sans convaincre personne.
Trois jours après, elle assista à l'affreuse exécution de Louis, en Place de Grève (actuellement Place de la Concorde), et elle vit la guillotine couper de biais la mâchoire de son ami bien-aimé, au lieu de son cou.
Ce fut une vision horrible. Après ça, elle revint chez elle en cachant qu'elle était en larmes.

La gardienne :
- Vous n'avez pas l'air heureuse Madame Olympe. Qu'y a-t-il ?

Olympe :
- Je n'ai pas envie de parler. Je ne me sens pas bien. J'ai la migraine et envie de vomir.

La gardienne :
- Vous avez l'air pâle. Je ne vous ai jamais vue dans cet état.

Olympe :
- Cela va passer. J'ai juste besoin de me reposer dans mes appartements.

La gardienne :
- Etes-vous sûr que vous n'avez pas la grippe ? Nous sommes en janvier et il fait froid.
Vos yeux sont humides et tout rouges. Avez-vous la fièvre ?

Olympe :
- Non, je ne pense pas.

La gardienne :
- Je peux appeler le Docteur Marat, si vous le souhaitez. Il n'est pas très agréable, et il a une drôle de façon de regarder les gens, mais on le considère comme un bon praticien. Les gens ne l'appelent jamais deux fois de suite, vous savez.

Olympe :
- Son efficacité à "couper le cou" à n'importe quelle maladie ou affection est plus douteuse que certaine.
Je vais juste prendre du repos. Je me sens déjà mieux après avoir discuté avec vous. Bonsoir !

La gardienne, insinuante :
- Je vois que vous le connaissez déjà. Alors bonsoir !

Environ six mois après, Olympe fut arrêtée sur la dénonciation d'une femme pour son nouveau placard, "Les trois urnes ou le salut de la patrie par un voyageur aérien - nommé Toxicodindronn" (19 juillet 1793). Ce fut là son dernier clin d'oeil à Louis (XVI) et à leur intime secret de "Thibermesnil 2-6-12".
Elle fut finalement jugée, sans l'assistance d'un avocat, pour son placard et son soutien à la Gironde, le 2 novembre 1793, et guillotinée le lendemain.

                                                                *****

Addendum :
Ce mélodrame historique est consacré, par delà  les époques, à tous les faux-moralistes et aux froids idéologues d'une vertu dépourvue d'âme, qui se sentent à tort supérieurs. Ils prétendent exagérément ne jamais commettre d'erreurs, en les rendant invisibles : au fond, ils savent qu'ils ne seront jamais des êtres humains authentiques. Dans ce genre de contexte, un amour fragile parce qu'improbable et presque impossible, résonne avec une puissance décuplée à travers le temps.
En cette année 2012, le Dieu d'Olympe et de Louis, a peut-être déjà commencé à compter les siens.


Addendum (English translation) :
This historical melodrama is dedicated, throughout periods, to all the false-moralists and cold ideologists of a soul-deprived virtue, who wrongly feel superior. They claim to make excessively never errors, by making them invisible : deep down, they know that they will never be authentic human beings.
In this type of context, a fragile love because it was improbable and almost impossible, is resounding with a multiplied tenfold power through ages.
In this year 2012, maybe the God of Olympe and Louis, has already begun to count his.


mercredi 13 juin 2012

Le tendre secret amoureux d'Olympe et de Louis (XVI), Acte II : l'amante patriote !

par Jean-Jacques COURTEY, Docteur en Géographie Economique
(traduit et adapté par lui-même pour la francophonie)
___________________________

En 1788, un an après l'échec de Calonne - alors surnommé "Monsieur Déficit" -, qui voulait créer une subvention territoriale en ignorant la division dépassée du royaume en trois ordres (Clergé, Noblesse et Tiers-Etat), Olympe de Gouges essaie de sauver son Roi bien aimé. De même que Calonne, qui avait entre temps trouvé refuge à Londres, elle aurait voulu éviter la convocation des Etats Généraux pour mai 1789.
Elle était au courant du jeu persistant de Breteuil auprès de la Couronne, et plus précisément de la Reine : l'intervention de ce dernier avait lancé l'obscure "affaire du collier de la Reine" (1785 - 1786) du fait de la scandaleuse arrestation du Cardinal de Rohan à Versailles ; et après cela, le même Ministre Breteuil avait été à l'origine de la disgrâce finale de Calonne, officiellement causée par son impopularité.

Olympe a pris l'habitude de rencontrer secrètement Louis XVI depuis trois ans déjà, dans son "Cabinet Noir" à Versaille, pour répondre à l'appel de l'amour.

Scène I : Dans le "Cabinet Noir" : le Roi confie à Olympe qu'il est ennuyé par l'impossible réforme de l'impôt.

Louis :
- Heureux de vous revoir ici, Madame.

Olympe :
- Vous avez l'air fatigué, Majesté.

Louis :
- Eh bien, c'est à cause de cette impossible réforme fiscale qui ne mène jamais nulle part. Cela me tape vraiment sur les nerfs. Il semble qu'il n'y ait aucune issue. A la fin, j'en reviens toujours au blocus des Privilégiés, ou au refus de l'assemblée ad hoc des 174 notables qu'avait cru bon de mettre en place Calonne, mon ex-Contrôleur Général des Finances.

Olympe :
- Si vous m'y autorisez, je pourrais tenter quelque chose pour en appeler à l'opinion publique, Majesté ?

Louis :
- Bon, au point où nous en sommes arrivés, pourquoi pas ! Faites comme vous le sentez Olympe, je vous fais confiance.

Olympe :
- Venez près de moi mon Roi, je vais vous donnez les petites attentions dont vous avez besoin pour l'heure.

Louis :
- Vous savez toujours trouver les mots justes avec moi, ma chère. Et vous parvenez à me stimuler quand je me sens quelque peu éreinté, pour de vrai.

Olympe :
- Eh bien, c'est parce que je suis une femme amoureuse, Louis,...amoureuse de vous.

Louis :
- Oui je sais, et cela me donne de la force pour batailler chaque jour que Dieu fait avec mon entourage cachottier et sournois.

Olympe presse alors Louis contre son opulente poitrine :
- Venez à moi mon Roi ! Je vous donnerai encore plus de vigueur.

Scène II :  Elle essaie de gagner des soutiens à la cause du Roi à la Comédie Française (près du Palais Royal).

Depuis sa libération de La Bastille Olympe de Gouges était considérée différemment par son entourage. Tout le monde prêtait une oreille attentive à ses idées, même si elles étaient inhabituelles.

Dans le dialogue suivant, elle en parle avec un acteur, tandis que plusieurs personnes les écoutent.

L'acteur :
- Quand tu étais prisonnière à La Bastille en septembre 1785, as-tu vu le cardinal de Rohan, qui était là-bas depuis le 16 août ?

Olympe :
- Je l'ai vu dans le jardin, mais Breteuil avait donné des ordres, et aucun prisonnier ne pouvait réellement l'approcher pour lui parler : son visage était si livide et si hagard, comme celui d'un homme terriblement humilié. Tout le monde disait qu'il n'avait pas compris pourquoi il était en prison. Et les gardes voyaient dans ce mauvais coup du destin la main de Breteuil, son plus sérieux rival politique à la cour, davantage que celle du Roi.

L'acteur :
- Cette affaire du collier de la Reine était vraiment ténébreuse, n'est-ce pas ?

Olympe :
- Oui, et le cardinal de Rohan a été finalement déclaré non coupable et libéré par le Parlement de Paris en juin 1786. Mais aux yeux du public, le dommage a été énorme pour la dignité de la Reine, quoique totalement innocente, et puis pour le Roi lui-même.
Breteuil n'aurait pas dû laisser le scandale arriver et éclater, avec cette évitable arrestation à Versailles : cela aurait été bien mieux pour tout le monde.

L'acteur:
- Qu'est-ce que tu penses de l'idée d'égalité devant l'impôt (le vingtième), que le Roi essaie sans succès de faire passer depuis Turgot et Calonne ?

Olympe :
- Je pense que c'est formidable d'être considéré de façon égale, même s'il y a encore beaucoup de résistances.

L'acteur :
- Penses-tu que ce soit là une idée révolutionnaire ?

Olympe :
- Notre bon Roi n'est pas un "révolutionnaire" en fait. Il veut juste simplement sauver le trésor du pays pour le bien de la France. La patrie a de lourdes dettes depuis la guerre d'Amérique que La Fayette a apportée à la France. Mais un grand nombre de factions sont contre les idées du Roi, à la cour de Versailles même.

L'acteur :
- Donc, il n'y arrivera en aucune manière.

Olympe :
- Si, il pourrait y avoir une façon, mais elle repose sur des gens comme nous ; et elle consisterait à se répandre auprès de l'opinion publique dans nos pièces de théâtre.

L'acteur :
- De quelle manière ?

Olympe :
- Si l'opinion publique était favorable à une sorte d'"impôt volontaire patriote" par exemple, cela pourrait l'aider à rétablir l'équilibre avec lesdites factions ainsi qu'avec les Privilégiés.

L'acteur :
- Tu veux dire qu'en faisant honte aux Privilégiés pour leur égoïsme et leur attitude non-patriotique, ils seraient obligés d'écouter cette fois-ci ?

Olympe :
- Oui.

L'acteur :
- Mais alors comment peut-il vaincre les obstacles ?

Olympe :
- Eh bien, cela a un peu commencé avec la faction de son plus jeune frère, le Comte d'Artois, qui est finalement tombé d'accord avec lui, à la différence de son frère cadet, le Comte de Provence.

L'acteur :
- Tu veux dire qu'il y a une évolution invisible mais néanmoins réelle des esprits à propos de l'égalité devant l'impôt ?

Olympe :
- Cela peut paraître lent, mais les Privilégiés ne pourront pas tenir éternellement de la façon dont ils l'ont fait jusqu'à maintenant. Et lorsque cela arrivera, tout le monde sera surpris par la soudaineté de l'inévitable résultat.

L'acteur :
- Donc, tu es plutôt optimiste ?

Olympe :
- Pas vraiment ! Cela peut aussi se produire d'une autre manière, plus violemment. Et le Roi lui-même pourrait être débordé par les excès.

L'acteur :
- Alors tu ne souhaites pas que cela arrives ?

Olympe :
- Je désire que cela se passe pacifiquement à travers la personne du Roi, et pas au travers de troubles, d'émeutes et d'une guerre civile. Les Privilégiés du Clergé et de la Noblesse sont prêts à faire n'importe quoi pour le stopper, même en établissant une alliance contre-nature avec les notables du Tiers Etat. Cest pourquoi je pense que la convocation des Etats Généraux pour mai 1789 n'est pas une bonne nouvelle du tout.

L'acteur :
- Tu es donc dans le doute ?

Olympe :
- Oui, mais il y a au moins une bonne chose dans tout ça : le Roi a autorisé les femmes à participer au vote des représentants des trois ordres pour les Etats Généraux. Et ça, c'est grand d'une certaine manière.

Scène III : Le plan du Roi et d'Olympe : une alliance du Monarque et d'elle-même avec la Nation contre les Privilégiés !

Nous sommes au tout début du mois de novembre 1788, juste avant les publications d'Olympe dans le "Journal Général de France" (6 novembre et 15 décembre 1788).

Louis :
- Madame, je suis très content de vous revoir.

Olympe :
- Je sais Louis, mon Roi.

Louis :
- Vous m'avez parlé la dernière fois de votre projet de "Lettre au peuple de France". De quoi s'agit-il au juste ?

Olympe :
- Je souhaite proposer la création d'un "impôt volontaire patriote" pour sauver le trésor de la Couronne, de manière à ce que vous ne soyez plus bloqué par les Privilégiés, l'Assemblée des Notables...ou même Breteuil.

Louis :
- Vous n'aimez vraiment pas cet homme, Olympe.
Mais vous savez, d'une certaine façon nous lui devons notre tendre amitié, ma chérie. Et il n'est plus mon Ministre depuis le 24 juillet dernier.

Olympe :
- Selon moi, Breteuil joue à un drôle de jeu envers vous et la Reine, Majesté. Et je suis sûre que vous pouvez vous-même sentir qu'il y a quelque chose de bizarre dans son attitude. C'est vous qui m'avez sauvée de La Bastille, mon adorable Roi.

Louis :
- Vous pensez donc qu'il est néfaste à ma couronne, très chère ?

Olympe :
- Certainement, votre Majesté.

Louis :
- Et vous considérez qu'il peut me mettre dans des situations malencontreuses ou irréversibles, même s'il ne le fait pas exprès.

Olympe :
- Cela ressort de son attitude envers le Cardinal de Rohan, qui a finalement été libéré par le Parlement de Paris il y a deux ans, votre Majesté. Et d'après moi, il est suffisamment cassant pour provoquer une révolte incontrôlable des gens de Paris, s'il revient au pouvoir.

Louis :
- Autant que cela ?

Olympe :
- Eh bien, c'est en tout cas ce que je pense. Et je ne suis pas la seule à voir les choses de cette manière.
A propos, si vous n'y voyez aucune objection, j'aimerais faire de nouvelles propositions politiques pour réformer notre société dans mes écrits, avec votre aimable assentiment bien sûr, Majesté,...Louis.

Louis :
- Quelles mesures, ma chère ?

Olympe :
- Comme moi, vous êtes conscient que la France doit se moderniser. Nous en avons parlé maintes fois ensemble après l'amour. Cela parlerait de l'aide de la Couronne envers les ouvriers au chômage, d'une ambitieuse réforme agraire pour les terrains laissés en friche, et des "Maisons du coeur" pour les veuves, les orphelins et les personnes âgées.

Louis, tout en caressant tendrement ses cheveux :
- Je sais que le coeur compte beaucoup pour vous, chère Olympe. Et je peux vous assurer que je ferai tout mon possible pour vous aider.
Mais d'abord, je vais vous laisser écrire vos épîtres dans le "Journal Général de France" pour voir comment les gens réagissent. Après tout, mon ancêtre Louis XIV en fit de même avec Molière, quand il l'a laissé écrire toutes ses pièces, y compris Tartuffe, afin de voir les réactions du clergé et du public.

Olympe :
- Alors, il s'agira d'une association entre vous, votre Majesté, la Nation et ma modeste personne en tant que tierce partie.
Mais oublions un peu la politique pour aujourd'hui. Embrassez moi fort, Louis !


Scène IV : La Reine Marie-Antoinette évoque les épîtres d'Olympe publiés par le "Journal Général de France" devant son mari, Louis XVI

Les deux épîtres d'Olympe dans le Journal Général de France ont reçu un accueil et des appréciations tout ce qu'il y a de favorable. Dans le premier, elle défend un "impôt volontaire patriote" pour sauver le trésor royal. Et dans le second, elle propose les profondes réformes pour la société française dont elle a parlé avec le Roi, et dans son inspiration elle ajoute d'autres mesures, concernant les enfants - légitimes ou naturels -, le divorce, et le mariage civil... Il y a bien aussi un curieux projet d'union de gens déjà engagés avec quelqu'un d'autre, mais il est seulement pris pour une idée imaginative et excentrique.

Marie-Antoinette :
- Avez-vous lu ce qu'a écrit votre "protégée" dans le Journal Général de France récemment ?

Louis :
- Quelle "protégée" ?

Marie-Antoinette :
- Vous savez bien de qui je veux parler : cette femme auteur de pièces de théâtre et également actrice que vous avez libérée de La Bastille en annulant l'ordre de Breteuil, à l'époque où Rohan venait juste d'entamer sa détention...et son maintien en prison là-bas.

Louis :
- Ah oui, je vois : Olympe de Gouges !

Marie-Antoinette :
- Donc vous l'avez lue aussi. Et ce qu'elle a écrit afin de moderniser la France ne provoque aucune réaction de votre part ?

Louis :
- Quelle réaction, mon amie ?

Marie-Antoinette :
- Elle suggère la création d'une sorte d'union par contrat entre personnes déjà engagées par ailleurs avec quelqu'un d'autre !

Louis (dissimulant assez bien que cela l'embarrasse un peu) :
- Oh, c'est une idée étrange qui surprend en effet ! Cependant, je pensais que vous n'aviez pas aimé, comme Breteuil, ce qu'elle a proposé à propos de l'impôt pour les Privilégiés, parce que c'est un sujet qui nous ennuie depuis si longtemps maintenant.

Marie-Antoinette :
- De toute façon, quelqu'un doit bien payer à la fin. Et le royaume de France pour sa bonne santé financière doit prendre l'argent là où il est, après tout.

Louis :
- Merci, Antoinette, de votre soutien.

Marie-Antoinette :
- C'est là tout ce que vous trouvez à dire à son propos ? Cette jeune veuve doit à l'évidence être amoureuse d'un homme marié de la noblesse. Je me demande de qui il peut bien s'agir ? Elle doit vraiment être folle de lui, pour oser écrire une telle chose au sujet d'une union civile ignorant un mariage religieux déjà célébré.

Louis :
- Avez-vous déjà été folle d'un homme, ma mie ?

Marie-Antoinette :
- Eh bien, si vous voulez dire que je ne montre pas assez mon amour pour vous, vous connaissez la réponse. Cela m'a pris du temps, mais je suis éprise de vous et de nos beaux enfants, Louis. Quand je regarde Louis-Charles qui est si mignon, c'est à vous qu'il me fait penser.

Louis (fier de lui), chuchotant en silence :
- Elle pense la même chose également.

Marie-Antoinette :
- Qu'avez-vous dit, très cher ?

Louis :
- J'étais juste d'accord avec vous, Antoinette...Et je dois ajouter que j'apprécie votre gentillesse et votre patience avec moi. Et puis d'abord, nous étions trop jeunes lorsque nous nous sommes mariés. Et cela nous a pris du temps à tous les deux pour apprendre à nous connaître et à nous apprécier mutuellement.

Marie-Antoinette :
- Pour en revenir à elle, elle est tout à fait jolie et son verbe peut sans le moindre doute charmer un homme.
Elle vient du Sud-Ouest de la France, de Montauban en Gascogne, d'après ce que j'ai entendu dire : elle doit être plutôt chaleureuse et passionnée en tant que femme..ou maîtresse. Je me demande vraiment quel  heureux homme peut être l'objet de la vénération d'une telle créature, si brûlante et si amoureuse ?

Louis :
- D'Artagnan venait aussi de Gascogne. Et il était dévoué à la Maison de Bourbon.
Avez-vous lu aussi ses pièces de théâtre pour La Comédie Française, Antoinette chérie ?

Marie-Antoinette :
- Euh non...oui ! Bon enfin un petit peu ! Je ne pourrais jamais écrire de cette manière, parce qu'elle est si audacieuse et si sauvage...

Louis s'approche alors de sa femme et l'embrasse sur le front. Elle répond de façon un peu sauvage en osant lui donner un tendre baiser sur les lèvres, à son plus entier ravissement...


Scène V : La rumeur concernant l'ascendance d'Olympe par rapport à Louis XV est mise en relief par le Roi Louis XVI

Louis XVI a lu intégralement le contenu des deux épîtres. Et il s'est rendu compte combien Olympe souffrait elle-même d'être une enfant naturelle. Il veut lui en parler à l'occasion de sa nouvelle venue dans le "Cabinet Noir".

Louis :
- Bonjour Madame, Je suis ravi que vous soyez de retour dans mon "Cabinet Noir".

Olympe :
- Moi aussi, votre Majesté.

Louis :
- Il y a un mystère entourant votre naissance dont je dois vous entretenir, chère Olympe.

Olympe :
- Eh bien, je ne vous ai jamais caché que j'étais une enfant naturelle, chère Louis.

Louis :
- Oh, je ne voulais pas laisser entendre que je doute de vous, ma chérie.

Olympe :
- Alors, je n'y comprends goutte.

Louis :
- Bon, j'ai fait quelques recherches au sujet de vos ancêtres, et ce que j'ai trouvé m'a étonné.

Olympe :
- Vraiment !

Louis :
- Selon certaines de mes sources, il se pourrait fort bien que nous partagions le même sang.

Olympe :
- Quoi ?

Louis :
- Vous savez que mon grand-père Louis XV aimaient les femmes, et qu'il a eu nombre de maîtresses.
Il y a une forte possiblité pour que votre mère, la belle lingère Anne Mouisset, ait été l'une d'entre elles lors de son passage à Montauban en 1747.
Et cela ferait de vous une descendante naturelle de mon ancêtre...notre ancêtre commun donc.

Olympe :
- C'est probablement mieux d'oublier ce genre de détails, votre Majesté. Nous sommes de toute façon parents par nos pensées et cela compte énormément pour moi.

Louis :
- Comme vous voulez Olympe, mais je suis content de savoir que nous partageons tant de choses ensemble. Donnez-moi un baiser, ma "lointaine cousine" !


(A suivre, avec une réminiscence concernant le mystère de "Thibermesnil 2-6-12")

samedi 9 juin 2012

"Le tendre secret amoureux d'Olympe et de Louis (XVI), Acte I : l'heureux dénouement de "Zamor et Mirza" !

par Jean-Jacques COURTEY, Docteur en Géographie Economique
(traduit de l'anglais et adapté par lui-même pour la francophonie)
___________________________


Il y a deux ans, nous avions déjà écrit à plusieurs reprises en français sur le sujet d'Olympe de Gouges (1748-1793) et de Louis XVI, pour dévoiler leur tendre histoire amoureuse de façon historique. Mais cette fois-ci, nous voulons aller plus loin et donner encore plus de détails précis, présentés sous la forme d'un scénario de film (ou de pièce de théâtre).


Scène I : Olympe est arrêtée sur scène à  la Comédie Française

Nous sommes en septembre 1785 à Paris. Olympe, qui est une actrice de théâtre, est prête à rentrer en scène à La Comédie Française pour sa pièce controversée contre l'esclavage : "Zamor et Mirza ou l'heureux naufrage".
L'on en est déjà à la scène VIII de l'acte I.
Olympe interprète "Sophie", la fille naturelle du Gouverneur De Frémont dans une dépendance française de l'Inde. Il y a alors ce dialogue avec son vis-à-vis indien, l'esclave Zamor qui s'adresse à elle et à Valère, son mari :
"C'en est fait, malheureux Etrangers ! Vous n'avez plus d'espoir. Une vague vient d'engloutir le reste de l'équipage avec toutes vos espérances.
Sophie :
Hélas ! Qu'allons-nous devenir ?"

A ce moment, il eût un curieux bruit métallique à l'arrière de la scène, comme des épées, ce qui perturba la pièce.
Olympe se retourna vers l'acteur interprétant Valère qui n'avait pas pu dire sa tirade, et lui souffla :
- Je n'ai pas écrit que les grenadiers et les soldats devaient venir maintenant.
Ils ne sont attendus qu'à l'Acte III, à la fin de la Scène 4.

Mais très rapidement, un véritable officier monta sur la scène et interrompit la pièce en proclamant :
- La pièce est annulée par ordre du Roi. Que tout le monde évacue la salle! Dehors, vite !

Et ses hommes obligèrent le public à quitter le théâtre rapidement.
Olympe était seule face à ces solides gaillards armés, mais elle essaya de se plaindre :
- Qu'est ceci ? Le Baron de Breteuil, votre maître, m'avait autorisée à jouer ce soir.
Le Ministre de la maison du Roi et de Paris m'a donné sa parole.

L'officier éclata alors de rire, en lui disant :
- Il m'a aussi dit que je serai promu commandant...il y a deux ans déjà. Mais je suis toujours capitaine !

- Vous voulez dire qu'il n'est pas un homme de parole, lui répondit alors Olympe.

L'officier prit alors un papier cacheté dans sa poche qu'il lui montra :
- Ceci est une lettre de cachet dirigée contre vous , Olympe de Gouges ! Le baron de Breteuil me l'a donnée personnellement. Et mes ordres sont de vous mettre en état d'arrêt pour trouble à l'ordre public, et de vous conduire tout droit à La Bastille. N'ajoutez pas la sédition aux charges pesant sur vous !

Olympe se mit à avoir des sueurs froides et son teint devint terriblement livide :
- La Bastille ?! La Bastille ? !
Mais certains n'en sortent jamais. Je ne veux pas mourir là-bas, dans l'oubli complet.

L'officier se faisant soudain plus dur lui répondit :
- Suivez-moi immédiatement ! J'ai un rendez-vous galant juste après, et je veux qu'on en termine rapidement.

Scène II : A La Bastille avec le Gouverneur

Olympe ne le sait pas encore, mais elle ne va rester que pour quelques jours seulement à la Bastille, grâce à l'heureuse rencontre de ...son Gouverneur, le Marquis de Launay. Son ordinaire n'est pas mauvais en fait, et le Gouverneur vient la voir en personne.

C'est un vrai gentilhomme, et il lui dit :
- Si vous avez besoin de quelque chose en particulier Madame, je peux être de quelque utilité à votre égard.

Olympe :
- Oui, je veux recouvrer ma liberté.

Le Gouverneur :
- Vous savez très bien que cela ne dépend pas de moi, ma chère. Je parlais de vos nécessités quotidiennes bien sûr. Avez-vous besoin d'une servante par exemple ?

Olympe :
- Je ne savais pas qu'il était possible d'en avoir une dans cette prison...ou plutôt dans ces appartements fortifiés, comme je l'ai découvert. Mais oui, cela me fera une compagnie.

Le Gouverneur donne l'impression qu'il se retire, mais soudain il revient vers elle. Quelque chose l'intrigue à propos du soit-disant ordre du Roi. Et il ne veut pas commettre la même bourde qu'en 1778 avec lui.

Olympe :
- Avez-vous oublié quelque chose, Gouverneur ?

Le Gouverneur De Launay :
- Eh bien, je dois dire que je trouve étrange que vous soyiez ici par ordre du Roi à cause de votre pièce contre l'esclavage.

Olympe :
- Pourquoi  ça ?

De Launay :
- Récemment, j'étais à la Cour de Versailles, et j'ai clairement ouï notre bon Roi, lequel a supprimé la torture il y a six ans déjà, condamner l'esclavage comme quelque chose de non-chrétien.

Olympe :
- Vraiment ?

De Launay :
- Madame, je ne peux rien vous promettre, mais je vais essayer de faire quelque chose pour vous aider.
Depuis D'Artagnan, le célèbre mousquetaire gascon, nous avons deux manières d'entrer en contact avec le Roi, soit par l'intermédiaire de son Ministre en charge de la Police (mais il s'agit de Breteuil), soit au moyen d'un messager que nous pouvons envoyer exceptionnellement au "Cabinet Noir" de Versailles.

Olympe :
- Je vois. Donc vous voulez entrer directement et discrètement en contact avec le Roi, par le biais de son cabinet secret.

De Launay :
- Oui, j'enverrai mon messager dès demain. Je vous souhaite une bonne nuit, Madame !

Scène III: Dans le "Cabinet Noir" du Roi à Versailles

Le messager (après avoir salué le Roi) :
- J'ai un un message spécial pour vous votre Majesté. Mon maître, le Gouverneur de La Bastille vous fait humblement savoir qu'il a pris en charge votre nouvelle prisonnière.

Le Roi, surpris :
- Quelle prisonnière ?!

Le messager :
- Cette actrice un peu folle connue sous le nom d'Olympe de Gouges qui a écrit une pièce critiquant l'esclavage, et dont s'offusquent les colons d'outre-mer.

Le Roi :
- Quoi, je n'ai jamais donné un tel ordre !  Et elle n'est pas folle selon moi, pour condamner l'esclavage. Il est une plaie de l'humanité depuis si longtemps. Ah, je peux voir la malencontreuse intervention de Breteuil dans tout ceci.  Encore lui !  Je suis le Roi de France et il n'est qu'un parvenu dans les bonnes grâces de ma femme !  Pour qui se prend-il ?

Le messager :
- Quelle réponse dois-je donc donner au Marquis De Launay, votre Majesté ?

Le Roi :
- Je rédige céans l'ordre annulant la lettre de cachet utilisée par le Ministre de ma maison et de Paris. Et ton maître devra la libérer immédiatement lorsque tu lui donneras.

Le messager :
- A vos ordres, votre bonne Majesté !

Le Roi :
- Si Breteuil tente à nouveau de la renvoyer à La Bastille, qu'il ignore son ordre et m'en fasse céans rapport, comme je viens de l'écrire dans cette lettre royale !


Scène IV : A nouveau à La Bastille

Le messager s'adressant au Gouverneur :
- Monseigneur, le Roi m'a donné cette lettre annulant la lettre de cachet contre Madame Olympe de Gouges.
Il a dit qu'elle devait être libérée immédiatement, et également de ne plus rien écouter de ce qui viendra du Baron de Breteuil la concernant.

Le Gouverneur :
- Bien, bien, bien ! Son séjour aura été très court en ce cas.
Je m'en vais lui annoncer la bonne nouvelle. Prépare mon carrosse pour elle (en attendant), afin qu'elle puisse aller où elle te le demandera à Paris, Pierre !

De Launay se rend dans les appartements d'Olympe. Elle est en compagnie de sa toute nouvelle servante, Marie. Toutes deux parlent joyeusement "chiffons" et "frisettes".
- Madame, je suis désolé pour cette intrusion, mais j'ai un message urgent pour vous. Vous devez quitter La Bastille immédiatement par ordre du Roi.

Olympe :
- Je ne veux pas aller à la prison du Châtelet, c'est affreux là-bas !

Le Gouverneur :
- Certainement pas, Madame ! Vous êtes libre, et mon carrosse est prêt pour vous emmener dans tout endroit à votre convenance à Paris.

Olympe :
- Oh ! Longue vie à notre gracieux Roi Louis XVI ! Il est vraiment un souverain plein de justice.
Puis-je vous demander quelque chose, Monsieur le Gouverneur, si ce n'est pas abuser de l'efficience de votre bonté à l'égard de ma personne ?

De Launay :
- Que puis-je faire d'autre pour vous qui commencez déjà me manquer, ma Dame devenue si chère ?

Olympe :
- D'abord, fermez les yeux, et laissez-moi faire !

Il clôt ses yeux, et elle lui donne alors un baiser sur la joue en récompense de son aide.
Le Gouverneur est tout à fait ravi, et écoute ce qu'elle veut lui demander.

Olympe :
- J'aimerais rencontrer le Roi pour le remercier de la considération qu'il vient de me manifester, Marquis.
Pensez-vous que votre messager puisse lui transmettre une telle demande d'entrevue ?

De Launay :
- Je ne sais, mais nous allons essayer. Après tout, le Roi a défendu votre personnalité devant lui si j'ai bien compris ce qu'il m'a rapporté. En ce cas, je le renverrai demain au "Cabinet Noir" de Versailles.
Revoyons-nous alors d'ici deux jours, à midi, dans le jardin du Palais Royal ! Là je vous dirai quelle réponse j'ai reçue.

Scène V : Dans le jardin du Palais Royal près de la Comédie Française


Olympe est dans l'attente du Gouverneur De Launay. Elle repense à La Bastille qu'elle vient juste de quitter. Elle a été étonnée de découvrir que c'était en fait une prison de luxe pour seulement quelques nobles ou hommes d'église. Arrêtée au nom du Roi et libérée rapidement par ordre de ce même Roi, quel étrange événement ! Cela pourrait faire un bon sujet pour une pièce de théâtre.

Le Gouverneur De Launay arriva à midi comme promis. Il était souriant lorsqu'il lui baisa la main, en disant :
- J'ai une bonne nouvelle pour vous, Madame. Le Roi Louis XVI accepte de vous accorder une entrevue après-demain, dans son "Cabinet Noir"de Versailles pour plus de discrétion.

Olympe :
- Ah, vous êtes formidable, Monsieur De Launay, vraiment formidable ! Je suis contente qu'il y ait encore des gentilshommes comme vous à Paris.

Le Gouverneur :
- Merci Madame ! C'est si rare pour moi de rencontrer une femme intelligente de votre qualité, et si belle et spontanée avec ça. Vous allez vraiment beaucoup me manquer quand je vais m'en retourner dans ma forteresse, tout seul. Je serai triste de ne plus avoir l'heur de voir votre joli visage ; mais d'une certaine façon, je serai également heureux pour vous.

Olympe :
- Vous êtes un homme de coeur, Monsieur De Launay, et je suis sûre que votre femme a dû réaliser qu'elle était riche de cela.

Le Gouverneur :
- Et vous, vous êtes réellement une femme passionnée telles qu'elles sont dans le Sud-Ouest de la France, Madame.
Soyez donc ici à 7 heures du matin d'ici deux jours, et mon carrosse vous conduira jusqu'au Roi à Versailles !

Olympe, en bonne gasconne, ne put s'empêcher de l'embrasser à nouveau sur les joues, avant de se séparer. Et De Launay en fut très fier.

Scène VI : La tendre rencontre du Roi

La rencontre d'Olympe et du Roi dans la chambre secrète appelée "le Cabinet Noir" de Versailles, ne se déroula pas vraiment de façon ordinaire.
Elle posa un genou à terre devant lui et embrassa la bague de sa main droite.

Le Roi :
- Levez-vous, Madame ! Je suis ravi que vous soyez libre désormais. J'ai averti Breteuil de ne pas abuser des lettres de cachet.

Olympe :
- Vous êtes bien plus grand et plus impressionnant que je ne l'avais pensé, votre Majesté. Cest si surprenant pour moi !

Le Roi :
- Vous ne devriez pas accorder crédit aux caricatures. Vous par exemple, vous n'êtes pas non plus l'auteur de pièces de théâtre un peu fôlatre que Breteuil et même quelques personnes de la Comédie Française décrivent, par jalousie et malveillance évidentes.

Olympe :
- Je ne savais pas que le Roi de France en personne s'intéressait à mes écrits, votre Majesté ! C'est une  révélation à la fois agréable et bouleversante pour moi que vous croyiez en mon talent, particulièrement sur le sujet de l'esclavage.

Le Roi :
- Je pense à l'abolir dans l'empire français d'outre-mer, mais le parti des colons est très puissant et influent à la Cour, sans parler de celui de Breteuil. Aussi, il me faut choisir le bon moment pour faire cette annonce solennelle. Car la dernière où j'ai fait disparaître la "question" (c'est-à-dire la torture) en 1779, m'a amené de terribles critiques et de mauvaises réactions du Parlement de Paris.

Olympe :
- Je me rends compte maintenant combien difficile est la tâche d'un Roi. Vous devez vous sentir bien seul parfois, votre Majesté ?

Le Roi :
- Oh ça oui ! Et j'ai alors le sentiment que personne ne s'inquiète de moi.

Olympe :
- Nous pourrions être amis, s'il n'est pas trop impoli de vous le suggérer, votre Majesté ?

Le Roi :
- J'aimerais beaucoup avoir une véritable amie dans ma vie, mais ça ne pourrait se faire qu'ici Madame, dans mon "Cabinet Noir".

Olympe :
- Oh mais, cela ne me dérange nullement, aussi longtemps que vous souffrirez ma présence, Majesté...Louis !


Lorsqu'elle le quitta, ses yeux pétillaient comme autant d'étoiles et il s'en rendit compte. Il commençait à être surpris et de plus en plus intéressé par cette femme qu'il trouvait belle.

Elle fit à nouveau une génuflexion et embrassa la bague de sa main droite. Mais quand il l'aida à se relever, elle prit soudainement le risque de lui donner un tendre baiser sur les joues...et sur les lèvres ! Louis devint tout rouge.

Olympe :
- Je dois admettre que je suis déjà amoureuse de vous, votre Majesté. Ce que vous avez fait pour moi, vos actions pour le royaume et votre personne aussi sont si chevaleresques ! Vous apparaissez à mes yeux comme un Roi juste et noble...et aussi comme l'homme idéal !

Louis XVI, qui se trouvait pour la première fois de sa vie dans une telle situation lui répondit :
- Ne vous inquiétez pas Madame, je ne suis pas courroucé parce que vous m'avez embrassé amoureusement et par surprise.
Vous êtes la première femme à se conduire aussi spontanément avec moi. Et c'est terriblement nouveau, et si rafraîchissant également.

Alors qu'ils se souriaient gentiment l'un à l'autre, Louis ajouta :
- Bon retour à vous Madame ! Normalement, je ne dirais pas cela, mais gardez votre naturel. C'est inhabituel pour moi, mais tout à fait agréable à la vérité. Je viens de découvrir aujourd'hui une nouvelle et rare saveur dans ma vie de Roi, qui me pèse tant. Peut-être aurons-nous l'occasion de nous revoir ici, Olympe !...


                                                                                                  (A suivre)