vendredi 18 décembre 2009

"Fourberie-sur-Seine", ou comment être sa propre dupe ?

par Jean-Jacques COURTEY, Docteur en Géographie Economique
______________________________

Il est remarquable de constater le nombre de personnes qui aiment à comploter en cette triste ville de "Fourberie sur Seine" : nous ne donnerons pas le nom de cette capitale, car tout le monde le connaît.
Cela donne un sens à leur vie qui n'en a plus aucun, ou peut-être n'en a même jamais eu. Totalement impuissantes face à la vie, elles ont le sentiment à travers la malveillance et le malheur des autres de parer au leur, par une sorte de mouvement conjuratoire. Quelle erreur magistrale pour des êtres qui ont si peur de leur part d'ombre !

A pensée cafardeuse, vie similaire ! L'incapacité à être authentique prive un grand nombre de gens des bénéfices de la franchise (qui n'a rien à voir avec la brutalité), et des joies saines réellement partagées.
La complexité des relations qui en résultent, bête et inutile, altère à jamais leur destin. La fourberie n'amène que l'amertume et le vide du coeur le plus insupportable.

Croire que de toute façon, on aura une nouvelle chance dans une autre vie est un puissant leurre. La réincarnation n'est que pure invention destinée à faire accepter à tout un chacun son sort terrestre, sans se révolter. D'ailleurs, mathématiquement cette croyance est un non-sens. En effet, la population de la terre a été multipliée par six du milieu du XIXème siècle à nos jours ; et une âme qui renaîtrait ne pourrait se subdiviser, pour être simultanément présente en plusieurs corps. C'est absurde.

Cela signifie que ce qui est fait en bien ou en mal dans notre vie l'est tout simplement pour toujours.
Alors sachons veiller à ce qui est bien, plutôt qu'à son contraire, pour ne pas être sa propre dupe !
Et réfléchissons bien aux redoutables "effets boomerang" qui se produiront, non dans une autre vie hypothéthique et invérifiable, mais dans celle-là.

Car le moment est désormais venu. Et ce ne sera pas demain, mais clairement aujourd'hui !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire