jeudi 16 septembre 2010

La fusion "homme-machine" : la "post-humanité" sera-t-elle ...plus "humaine" et plus fair play quant à elle ?

par Jean-Jacques COURTEY, Docteur en Géographie Economique

___________________________


L'être humain parle constamment d'humanité, en faisant de grandes proclamations, qui parfois servent d'autres desseins plus prosaïques. Mais en pratique son humanisme reste fort modéré, voire souvent absent : c'est peut-être là son plus grand paradoxe. Il parle beaucoup mais ne fait pas ce qu'il dit, ou alors ...carrément le contraire de plus en plus souvent ! Mais comme il est assez fort avec les mots, il parvient fréquemment à démontrer avec force arguties - comme autant de coups d'épée dans l'eau - combien il respecte l'humanisme : la preuve, ne s'en sert-il pas quotidiennement comme d'"une chaise à porteurs" ?!

A la différence de l'homme, la machine est censée ne pas avoir d'âme ni d'esprit, sauf peut-être en Asie, au Japon notamment, sous l'influence de la religion shintô, qui voit des "kami" (dieux ou esprits divins), y compris dans ce qui est inanimé. Or le Japon, même s'il est pour l'instant - peut-être ponctuellement - 3ème puissance économique, est la 1ère puissance robotique de la planète.
Et son expertise en matière d'intelligence artificielle, et pas seulement dans des applications industrielles (avec une population de 923 000 robots en 2007), est reconnue de tous.

Ce pays d'environ 126 millions d'habitants, a ainsi la population robotique la plus importante du monde puisqu'il en compte 40 %. Les robots sous une forme de plus en plus humaine - "androïde" - participent de la vie quotidienne sans que ça ne dérange grand monde (travaux domestiques, surveillance, gardes-malades, partenaires au jeu d'échecs...). Certains envisagent même de commander "une compagne" ou "un compagnon" androïde pour l'équivalent actuel de 15 000 à 20 000 Euros, avec l'avantage que cet être conçu selon leur souhait serait constamment à la maison, et à leurs petits soins. Ces robots humanoïdes, prototypes de la post-humanité, sont donc conçus pour faciliter la vie de tout un chacun. De même, la reconstruction nanotechnologique humaine fait-elle disparaître chaque jour davantage la frontière ténue existant entre l'homme et la machine, avec son caractère fusionnel.

Il est un autre domaine où les robots sont en train de s'engouffrer à grande vitesse : c'est celui du sport. Lassés par les piètres performances des joueurs de football ou l'inesthétisme grandissant des tournois de judo notamment, des roboticiens et des spécialistes de la cybernétique mettent au point actuellement les " nouveaux héros humanisés" qu'ils se sont choisis, plutôt que d'être déçus par ceux qui leur sont imposés nolens volens par les médias. L'avantage, c'est que ceux-là peuvent au moins être "fair play", et même plus humains que des humains dans leurs attitudes, surtout en championnats du monde.

Ces robots androïdes, post-humanité fusionnelle, ne sont pas des "tueurs", ni de faux gagnants qui ne sont que de mauvais perdants, la coupe ou la médaille ne leur monte pas à la tête, et en plus, ils peuvent offrir un bon spectacle. Leur victoire n'est pas fondée sur une fatigante "stratégie de l'empêchement", mais au contraire sur l'enchaînement de tous les possibles. Et ils ne gagnent pas parce qu'ils bloquent le jeu ou ont moins de pénalités que l'adversaire, mais parce qu'ils marquent de vrais buts pour le football, ou font un "ippon" , un "waza-ari" ou un franc "yuko" quant au judo. Et en plus ils se serrent la main après la rencontre, dans une attitude vraiment fair play, sportive et si ...humaine.



Car notre monde est en manque de héros qui le soient vraiment. Et les héros, au sens grec du terme, se font plutôt rares de nos jours, ce qui est fort triste. Pauvre Pythagore (vers 580 - vers 497 ou 494 av. J.-C.), lui qui était également un champion olympique, il doit vraiment se retourner dans sa tombe !
D'aucuns trouveront que c'est mieux ainsi, par crainte du retour des "Nephilim" et autres "Anakim" de la Genèse ou des Nombres.
Néanmoins, si l'on devait constituer des "championnats du monde de l'admiration", on aurait vraiment beaucoup de mal aujourd'hui à constituer des équipes complètes. Mais peut-être dans le futur n'oscillerons-nous plus entre le "mmouais, mmouais" et le "bof, bof, bof" !

Si une "post-humanité" non maîtrisée est souvent entrevue comme une source diffuse d'inquiétudes pour le futur de l'homme, elle peut donc également être envisagée sous un aspect plus positif. Au demeurant, ceux ou celles qui y croient en attendent une net progrès dans leur qualité de vie, et dans leur vie tout court, en leur permettant de dépasser les vantardises humaines !
En tout cas, cette évolution à marche accélérée pourrait peut-être permettre d'amener l'homme (ou la femme) à s'interroger sur leur propre humanité, et à ce qu'ils peuvent améliorer dans leur comportement, si cela est encore possible ?!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire