jeudi 24 février 2011

Le souffle incroyable de la puissance divine : la justice divine sait se montrer méticuleuse et efficace !

par Jean-Jacques COURTEY, Docteur en Géographie Economique
________________________


Le problème de Dieu n'a jamais franchement été celui des gens qui ne croient pas en lui : ils y croiront de toute façon un jour...à l'ultime moment, et sa révélation sera radicale. Non, il s'agit plutôt de ceux ou celles (à ne pas oublier) qui feignent d'y croire, en se moquant du monde, et en cherchant au passage à usurper son pouvoir. Car sa révélation sera radicale aussi. Tout le monde, depuis sa naissance, se rapproche de toute façon impavidement et inéluctablement du "grand contact". Et personne ne peut lui échapper.
Qu'est-ce qu'il faut pour que l'humanité croit avant même cet instant, c'est-à-dire dès maintenant ? En fait, ce n'est pas difficile : il lui suffit d'insuffler le vent de la liberté là où cela semblait pourtant irrémédiablement impossible - en Afrique ou autre part -, parce que les systèmes politiques semblaient si bien verrouillés. L'exemple actuel de la Libye, qui fait suite à d'autres régimes iniques et corrompus déjà très rapidement tombés contre toute attente, est très parlant sur ce point.


Le souffle divin n'est pas un leurre. Il ne s'est jamais agi d'une illusion des sens, ni d'un simple mirage dû aux facéties de quelques djinns du désert. Et sa puissance est absolument phénoménale. Il n'y a guère que les idiots ou les crétines pour s'en rendre compte...trop tard. La Kabbale - mot signifiant littéralement "tradition" - à laquelle se rattachait Nostradamus (1503-1566) par exemple, fait notablement intervenir la notion de "ruah", dont la traduction est justement "souffle divin" ; on parle également de "roue divine", ce qui explique encore mieux son processus circulaire de type cyclonique ou en tornade.
En réalité, une foule innombrable de personnes croient qu'après la mort, c'est le néant qui les attend, un néant absolu qui ferait suite au néant relatif de ce qu'elles auraient fait de bien dans leur vie, à titre individuel. C'est le fameux "tu es né (e) de la poussière, et tu retourneras à la poussière !" Elles ont effectivement tout à fait raison de le penser : c'est la punition divine qui les attend clairement, entre autre désagrément inévitable !


Tout se passe comme si la justice divine se montrait hautement méticuleuse, et d'une redoutable efficacité dans son intervention. On n'est pas loin de l'idée de pesée des âmes, pour entrer dans la "Douat", chère à l'antique religion osirienne des Egyptiens. La seule nouveauté, c'est que la pesée a lieu dès à présent en fait, dans le cadre d'un processus d'accélération irrépressible. Dieu est pour ainsi dire "fatigué" des humains et des humaines. Jamais ils ne font le moindre effort pour s'améliorer, et se débarrasser de leur tendance à la cruauté, déguisée derrière des mots mielleux et vides de sens. Pour lui, il est clair qu'ils ne changeront pas, qu'ils ne changeront jamais. Le "noeud de vipères" va donc être tranché, à la façon d'Alexandre (356-323 av. J.-C.), qui trancha définitivement le noeud gordien pour devenir roi d'Asie.
Ceux ou celles qui aiment tant entraver la vie des autres en les empêchant de mener une vie familiale normale ou en niant leurs droits les plus élémentaires, pour se donner un sentiment injuste de puissance, vont être les premiers - ou les premières - à se rendre compte de la force de son glaive d'outre-tombe.



Le monde actuel vit une grande nouveauté sans s'en rendre compte. Car Dieu n'accorde plus guère d'importance aux institutions humaines, dont le rôle protecteur est une relative faillite collective. Tout est biaisé plus ou moins délibérément.
L'omnipotence de l'ineffable va donc désormais avoir tendance à se substituer à tout ce qui a perdu en crédibilité et en légitimité, de façon de plus en plus frappante pour l'imagination, en se montrant hautement remarquable et remarquée.
En vérité, il le dit et le proclame souverainement, même les aveugles vont voir désormais : ils doivent d'ailleurs déjà commencer à se frotter les yeux pour être sûrs de ne pas rêver !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire