mardi 22 mars 2011

"Pathocraties" et irradiations : le contre-flux "dzéta" et le vrai chaos psychotronique en période fatidique !

par Jean-Jacques COURTEY, Docteur en Géographie Economique

_______________________


Nous vivons tous une ère de stupidité néfaste, où tout le monde veut contrôler tout le monde (et pas seulement les Etats). Les moyens employés sont divers, des plus anciens au plus modernes. Pour les plus récents, ils mettent en oeuvre des techniques de "psychologie sociale" certes, mais aussi et surtout des appareils de haute technologie (électroniques donc) pas forcément connus du grand public. Pour ces derniers, on parle de "psychotronique".
Ils s'appuient sur la nouvelle science de la "ponérologie politique" (science sur la nature du mal en politique). Il s'agit au départ d'un constat dressé par le psychiatre polonais Andrzej Lobaczewski dans le cadre d'une étude interdisciplinaire sur les causes d'injustice sociale dans l'état policier. Il en conclut que souvent, nous sommes gouvernés par des psychopathes dangereux, qu'il dénomme "caractéropathes" (2006), d'où la notion dérivée de "pathocraties". Et en fait, il arrive bien que les loups se mangent entre eux.

Le lien avec la psychotronique se fait lorsque les Etats par exemple veulent intervenir dans un cadre sociologique de contrôle des masses, mais aussi dans l'aire psychologique de suggestion de la pensée individuelle. Certains appareils prototypes permettraient de modifier la pensée d'un individu en la remplaçant par une autre, comme un "copier-coller".
Les atteintes aux droits individuels fondamentaux qui en résultent sont jugées si hâtivement mineures au départ, qu'elles vont proliférer. Les faux prétextes de sécurité invoqués ne peuvent convaincre que les ignares et les naïfs, mais il est vrai qu'il en y en a beaucoup. L'écrivain d'anticipation George Orwell (1903-1950) avec son fameux "1984" est largement "has been" désormais ! Tout cela semble montrer que les êtres humains n'ont plus guère d'avenir sur Terre. D'ailleurs, ils sont moins considérés que les machines ou les robots, qui vont à terme les remplacer, y compris les initiateurs de ce changement toujours évitable. Et parfois même, on fait davantage attention à une machine coûteuse, pour ne pas l'endommager quant à elle.

La psychotronique est assez simple : elle fait intervenir des champs magnétiques à haute - ou basse - fréquence. Une simple armoire informatique peut jouer ce rôle à notre insu. Il faut savoir que contrairement à une idée reçue, les basses fréquences (ondes courtes) ne sont pas les moins nocives. Elles sont captées sans que les individus s'en rendent compte par leur cerveau bien sûr...mais également par leur santé (et là il est souvent trop tard de le réaliser).
Des fréquences dangereuses -voire létales, pour le coeur par exemple-, ont même déjà été identifiées (entre 11 et 15 hertz). Au niveau de l'individu, un vif et soudain pincement au coeur, ou une fatigue anormale sont autant de signaux d'alarme à ne pas négliger. Dans un rayon d'action qui est nettement supérieur à ce que les gens imaginent, ces micro-ondes ou ondes courtes peuvent se comporter comme des "irradiations localisées également banalisées". On n'y fait même pas attention. Mais il est vrai qu'elles ne se déplacent pas dans un nuage de Césium 137, comme celui qui vient de Fukushima (nord-est du Japon), et passe demain et après-demain au-dessus de la France métropolitaine. De toute façon, il a été décidé "officiellement" qu'il n'était pas nocif pour la santé, alors qu'il aura accompli un incroyable périple de 15 000 kilomètres, sans parvenir à se dissiper sur une aussi longue distance. Il est également notable que 70% des personnes interrogées croient qu'on leur raconte des "bobards" comme en 1986 avec Tchernobyl (Ukraine).

La période nocive de ce "nappage" radioactif est de 25 ans, voire de 27, par delà les affirmations péremptoires des "experts". Et on ne risque guère de détecter quelque chose au sol les 23 et 24 mars 2011, puisque le nuage est dans la haute atmosphère, ce qui ne sous-entend nullement qu'il n'est pas dangereux. Comme dans la région de Fukushima, on ne pourra y voir clair qu'à partir de vendredi, et au fur et à mesure qu'il pleuvra. Paris singulièrement, dont la radioactivité ambiante "avant nuage" (rejets de strontium des hôpitaux, et autres) est déjà dans les limites de l'acceptable, mais également la Seine et Marne, pourraient être notablement concernées. Il ne faut pas oublier que la radioactivité fonctionne par addition et non par soustraction. C'est globalement qu'il faut la considérer, pour ne pas devenir des "Atomiques".
Dans les deux cas, il faut savoir que le cerveau ainsi que la glande thyroïde sont les premiers à la capter. La glande thyroïde retiendra la radioactivité éventuelle dans le corps ; elle fixera en quelque sorte l'irradiation dans les organes, ce qui pourra engendrer des cancers notamment.
Le cerveau quant à lui (qui à certains égards n'est qu'une sorte d'électro-aimant) n'est protégé par rien en fait.

Au sens de l'intervention humaine, c'est tout à fait vrai. Mais les humains (ou humaines) ne contrôlent ni ne connaissent pas tout. Et c'est sans doute mieux ainsi. Ils doivent rester modestes, et ne pas jouer à se prendre pour "Dieu".
Car, il existe un contre-flux dit "dzéta" dont ils ignorent l'existence et l'origine (qu'elle soit divine ou assimilée), qui à partir d'un certain seuil se déclenche automatiquement. On peut parler du seuil "tau"où tout s'inverse subitement de façon impromptue et inexorable, un peu à la façon des pôles envisagée pour l'année prochaine.
Le contre-flux "dzéta" engendre un chaos plus ou moins grand suivant l'intensité des ondes émises. De plus, il est complètement incontrôlable par les humains, même si sa manifestation semble également psychotronique.
Comme il y a une inversion totale de flux, ces émissions ne se perdent pas, mais se propagent à tout ce qui de près ou de loin ressemble à un circuit - monde du vivant compris -, en produisant, entre autres, un vrai chaos pour un temps, suivi de réinitialisation.
L'un des aspects positifs inattendus du contre-flux "dzéta" est de permettre d'entendre sans les oreilles, par son action sur le cortex auditif, l'oreille interne et le huitième nerf crânien.


L'année 2011 semble orientée vers l'expansion des révolutions et des guerres civiles, et malheureusement toujours un cortège de catastrophes naturelles (Australie, Nouvelle-Zélande, Japon, France...), ainsi qu'une petite succession d'événements imprévisibles à portée historique. Mais, c'est également une année qui marque la fin probable de la courte reprise économique mondiale avec la fin du "robinet nippon" pour les bons du trésor US. Certaines organisations de poids mondial envisagent déjà un curieux épilogue à l'histoire du "roi dollar" : il pourrait se fondre dans "l'améro", future monnaie commune aux USA, au Canada et au Mexique - le successeur du pays maya avec lequel la France a des rapports si amers. Il ne manque plus à cette année que "Roswell 2" et le retour de "Jarod" pour acquérir une dimension "choc" inégalée.

Si les grandes catastrophes de 2012 auront sans doute bien lieu, elles le devront pour beaucoup à l'inépuisable bêtise humaine mêlée de méchanceté crasse - tout à fait rédhibitoire en ces temps fatidiques. Elles sont en effet aussi évitables que des missiles téléguidés ayant "logé" leurs différentes cibles en Libye, militaires ou parfois malencontreusement civiles. Quant à la sagesse guidant vers les rives de l'espérance, autant l'attendre d'une perruche et même plus d'une chouette ! Car finalement, les seuls à pouvoir éviter les catastrophes, du moins en partie, seront les oiseaux parce qu'ils ont des ailes ! Le monde n'appartient déjà plus aux mesquins ou aux mesquines, toujours si pressés... d'arriver nulle part !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire